Voya­ge au pays de la bana­ne et de l’hévéa

Xishuangbanna, séquence "Tourisme"

Comme la plupart des régions du monde possé­dant un mini­mum de carac­tè­re, l’activité écono­mi­que du Xishuang­ban­na repo­se pour partie sur le touris­me. Le déve­lop­pe­ment rapi­de des moyens de trans­port asso­cié à une haus­se des reve­nus d’un grand nombre de Chinois (ou l’inverse) fait que ce terri­toi­re est parti­cu­liè­re­ment prisé.

S’ajoute un climat pour le moins agréa­ble quasi­ment toute l’année et une gran­de riches­se archi­tec­tu­ra­le dont une bonne partie créée de toute pièce pour le touris­me. Criti­qua­ble ? Oui bien sûr ! Mais par les puris­tes qui quit­tent leur loge­ment clima­ti­sé pour venir à la rencon­tre des ethnies. Celles-ci doivent évidem­ment conser­ver leur niveau de vie moyen­âgeux pour être prises en photo par des touris­tes en iPho­ne dernier modè­le.

Comme vous l’avez sans doute lu dans quel­ques médias bien-pensants, même les régions les plus recu­lées de Chine sont enva­hies par les Hans. Le folk­lo­re n’échappe pas à la règle et il n’est pas besoin d’avoir fait de hautes études d’anthropologie pour recon­naî­tre de ces deux jeunes filles celle qui est d’origine Dao et celle Han. Elles sont pour­tant habillées du même costu­me folk­lo­ri­que.

Ridi­cu­le ? Pas tant que cela puis­que celle de gauche est née dans la banlieue de Pékin et celle de droi­te dans un petit villa­ge près de Jinghong. Dans les faits c’est donc la Dao « authen­ti­que » qui n’est pas à sa place, comme quoi…

Pour le reste, je vous lais­se regar­der les photos. La prochai­ne fois, nous péné­tre­rons dans le Xishuang­ban­na plus authen­ti­que, même si certains le trou­ve­ront plus banal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here