Voya­ge au pays de la bana­ne et de l’hévéa

Xishuangbanna, séquence "Tourisme"

Comme la plupart des régions du monde possé­dant un mini­mum de carac­tère, l’activité écono­mique du Xishuang­ban­na repose pour partie sur le tourisme. Le déve­lop­pe­ment rapide des moyens de trans­port asso­cié à une hausse des reve­nus d’un grand nombre de Chinois (ou l’inverse) fait que ce terri­toire est parti­cu­liè­re­ment prisé.

S’ajoute un climat pour le moins agréable quasi­ment toute l’année et une grande richesse archi­tec­tu­rale dont une bonne partie créée de toute pièce pour le tourisme. Criti­quable ? Oui bien sûr ! Mais par les puristes qui quittent leur loge­ment clima­ti­sé pour venir à la rencontre des ethnies. Celles-ci doivent évidem­ment conser­ver leur niveau de vie moyen­âgeux pour être prises en photo par des touristes en iPhone dernier modèle.

Comme vous l’avez sans doute lu dans quelques médias bien-pensants, même les régions les plus recu­lées de Chine sont enva­hies par les Hans. Le folk­lore n’échappe pas à la règle et il n’est pas besoin d’avoir fait de hautes études d’anthropologie pour recon­naître de ces deux jeunes filles celle qui est d’origine Dao et celle Han. Elles sont pour­tant habillées du même costume folklorique.

Ridi­cule ? Pas tant que cela puisque celle de gauche est née dans la banlieue de Pékin et celle de droite dans un petit village près de Jinghong. Dans les faits c’est donc la Dao « authen­tique » qui n’est pas à sa place, comme quoi…

Pour le reste, je vous laisse regar­der les photos. La prochaine fois, nous péné­tre­rons dans le Xishuang­ban­na plus authen­tique, même si certains le trou­ve­ront plus banal.