Vous ache­tez la boîte, on vous offre l’ouvre-boîte

Lors des inon­da­tions ayant causé la mort de 37 personnes dans la capi­tale, un certain nombre de victimes se sont retrou­vées pigées dans leurs véhi­cules. Le drame étant à présent au rang du passé, du moins dans sa « version actua­li­té », il reste à en tirer les ensei­gne­ments qui se résument pour certains à une exploi­ta­tion commer­ciale.

Aux côtés des divers repor­tages expli­quant comment utili­ser les tiges des appuie-têtes de son véhi­cule pour casser le pare-brise ou faire sauter celui-ci, de nombreuses boutiques en lignes profitent de l’occasion pour mettre en avant certains produits de circons­tance. Parmi ceux-ci, les marteaux brise-vitres décli­nés sous diverses présen­ta­tions allant du plus simple au gadget multi­fonc­tion. Celui illus­trant cet article réunit le marteau, un crochet muni d’une lame permet­tant de couper la cein­ture de sécu­ri­té et d’une lampe soit éclai­rante, soit cligno­tante.

Le marché auto­mo­bile étant un secteur où sévit une féroce concur­rence, les conces­sion­naires se mettent égale­ment au goût du jour en offrant un de ces gadgets. Si un tel outil peut sauver la vie du conduc­teur et de ses passa­gers, encore faut-il qu’il ne se trouve pas dans le coffre, ce qui nuit gran­de­ment à son utili­té. En paral­lèle avec l’extincteur qui pour­rait sous peu deve­nir obli­ga­toire dans toutes voitures, certains respon­sables penchent pour y ajou­ter ce brise-vitres. Celui-ci devra toute­fois trou­ver une place ne gênant pas l’esthétique inté­rieure du véhi­cule si impor­tante en Chne au risque de se voir remi­sé à un endroit diffi­ci­le­ment attei­gnable.