Si Vincent Mosca­to était Chinois

Partager

Après avoir été entraî­neur et anima­teur radio, l’ancien talon­neur du Stade fran­çais a enta­mé une carrière au ciné­ma, à la télé­vi­sion et au théâtre. En 2010, il est au centre de son spec­tacle bapti­sé « Mosca­to one man chaud ».

Quel rapport avec la Chine ? Aucun à première vue ! Si le comé­dien avait été Chinois, il devrait par contre obli­ga­toi­re­ment modi­fier le début de son one man show. Son entrée en scène étant précé­dée de la Marseillaise, l’hymne fran­çais serait logi­que­ment rempla­cé par celui chinois, c’est-à-dire la Marche des volontaires.

Or, depuis le 1er octobre, cette utili­sa­tion est inter­dite en dehors des évène­ments tels que les sessions de l’assemblée popu­laire natio­nale, les céré­mo­nies offi­cielles, remises de médailles et autres mani­fes­ta­tions appropriées.

Il est ainsi inter­dit d’utiliser l’hymne natio­nal à l’occasion de funé­railles, d’opérations commer­ciales et autres usages privés jugés dépla­cés. Si les Chinois sont invi­tés à chan­ter la Marche des volon­taires obli­ga­toi­re­ment apprise à l’école, son utili­sa­tion inap­pro­priée expose les contre­ve­nants à des pour­suites pénales ou une déten­tion admi­nis­tra­tive d’un maxi­mum de 15 jours.

Cette mesure s’ajoute à celles déjà exis­tantes concer­nant l’emblème natio­nal et le drapeau.