Une popu­la­tion sous étroite surveillance …

PaysageLa Chine tout le monde le sait est un pays où chaque fait et geste des citoyens est étroi­te­ment surveillé, c’est du moins l’image, deve­nue un cliché perma­nent, qui est donnée. Ce qui est par contre réel, c’est que ce pays est parti­cu­liè­re­ment équi­pé en camé­ras de surveillance, celles-ci étant présentes tant dans les rues qu’aux inter­sec­tions de voies de circu­la­tion.

Ces divers moyens de surveillance sont aisé­ment visibles, étant même parfois signa­lés par un panneau indi­quant leur présence. Soigneu­se­ment alignés au dessus des feux trico­lores ou trônant au sommet d’un poteau dispo­sé dans une rue passante, ces systèmes se montrent au grand jour et font partie de l’environnement natu­rel des habi­tants. Le plus surpre­nant est de voir que les Chinois les ignorent tota­le­ment, certains allant même jusqu’à commettre des délits sous le regard de ces yeux élec­tro­niques.

Ce fait m’ayant quelque peu surpris, j’ai deman­dé à une rela­tion travaillant dans la police ce qui faisait que bon nombre de ces camé­ras, bien que parfai­te­ment visibles, ne semblaient pas dissua­der les délin­quants.

« Il y a deux raisons. La première est que le fait d’être filmé en train de commettre un délit ne consti­tue pas une preuve indis­cu­table devant les juges, mais un simple élément à charge. Les délin­quants ne pensant géné­ra­le­ment pas se faire prendre en flagrant délit, ils ignorent tota­le­ment ces dispo­si­tifs. La deuxième vient du fait que du fait du nombre de ces camé­ras et des budgets d’entretien limi­tés, un certain nombre d’entre-elles sont tombant en panne, ce que savent bon nombre de personnes. Elles sont répa­rées en fonc­tion des demandes, ce qui fait que pas grand monde ne sait celles qui fonc­tionnent réel­le­ment. »

En dehors de cette surveillance assu­rée par les divers services offi­ciels, de très nombreux maga­sins sont égale­ment équi­pés de ces camé­ras de surveillance afin de lutter contre le vol qui se révèle de plus en plus être une plaie pour les respon­sables de ces commerces. Tous les super­mar­chés, les maga­sins aux marchan­dises sensibles telles ceux vendant de l’informatique ou de la télé­pho­nie en sont équi­pés, mais aussi de nombreux autres lieux de vente, le coût de ces maté­riels étant extrê­me­ment bas.

Là non plus, pas ques­tion il ne s’agit pas non plus d’apporter une preuve quel­conque, mais avant tout de dissua­der les éven­tuels voleurs, ce qui ne fonc­tionne pas à chaque coup comme le démontre la vidéo ci-dessous. Il faut dire que dans ce cas, un complice occu­pait l’unique vendeuse, ce qui l’a empê­ché de jeter un œil sur l’écran de contrôle.

[flv:https://www.refletsdechine.com/images/camera.flv 480 360]

De toute manière, si la voleuse avait été vue, la sanc­tion se serait limi­tée à resti­tuer la marchan­dise, la police ne se dépla­çant pas pour quelques bouteilles d’huile, d’autant plus que rien n’aurait permis de rete­nir la personne le temps que les poli­ciers arrivent.

Si les systèmes de surveillance sont donc effec­ti­ve­ment nombreux dans ce pays, leur utili­té est avant tout de tenter de dissua­der et de montrer à la popu­la­tion que les auto­ri­tés veillent à leur sécu­ri­té. Leur effi­ca­ci­té est par contre bien plus rela­tive et il semble même que celle-ci ait tendance à bais­ser propor­tion­nel­le­ment au nombre de ces camé­ras, tant elles finissent par faire partie du paysage.

Article précédentLa Chine par procu­ra­tion
Article suivantGâteau de poti­ron
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.