Tourisme : un peu moins de n’importe quoi

nimporte quoi<Les auto­ri­tés chinoises en charge du tourisme viennent de publier un certain nombre de nouvelles mesures touchant au tourisme. Si ce secteur d’activité est en pleine évolu­tion, celle-ci s’est égale­ment révé­lée être à l’origine de nombreux déra­pages touchant à la tari­fi­ca­tion des visites touris­tiques.

Afin de tenter de résoudre les écarts de prix entre une juste valeur et une méthode parfois proche de l’escroquerie, les prix sont doré­na­vant impo­sés et doivent être publi­que­ment affi­chés sous une forme des plus offi­cielles. Les ventes forcées auxquelles s’adonnaient certains guides seront quant à elles plus lour­de­ment sanc­tion­nées, ce pour éviter les cas de kidnap­ping pous­sant les visi­teurs à ache­ter dans des maga­sins dédiés.

Si ces mesures vont dans le bon sens, cette unifor­mi­sa­tion crée un véri­table mono­pole d’État de l’industrie du tourisme en obli­geant les clients à se canton­ner à des visites des plus stan­dar­di­sées et donc plus rentables pour les opéra­teurs ayant fran­chi les nombreuses barrières offi­cielles et autres. Cet enca­dre­ment était certes néces­saire, et se révè­le­ra sans doute plus souple lorsque les inter­ve­nants seront deve­nus plus adultes, soit d’en envi­ron une dizaine de siècles.