Tibet : l’Europe gèle les avoirs des oligarques chinois

L’Europe s’est enfin déci­dée à agir effi­ca­ce­ment contre l’invasion illé­gale du Tibet en bloquant les avoirs finan­ciers d’une tren­taine d’oligarques chinois. Après des décen­nies de gesti­cu­la­tions et de décla­ra­tions sans effet, la Commu­nau­té euro­péenne met en adéqua­tion ses paroles et ses actes. D’autres sanc­tions pour­raient suivre si les auto­ri­tés chinoises ne se plient pas rapi­de­ment aux exigences des Euro­péens. Parmi les possibles mesures à venir, figure l’interdiction des ventes de produits de luxe aux touristes chinois, l’arrêt des expor­ta­tions de vins et spiri­tueux ainsi que la suspen­sion des ventes d’Airbus et de réac­teurs nucléaires à desti­na­tion de la Chine. À plus long terme et sans réponse posi­tive de la part de Pékin, est prévue une vague de sanc­tions supplé­men­taires impo­sant aux entre­prises euro­péennes implan­tées en Chine de cesser leurs activités.

Ce qui est deman­dé à la Chine est la resti­tu­tion du terri­toire tibé­tain à ses proprié­taires légi­times que sont les reli­gieux de la diaspo­ra actuel­le­ment exilée en Inde, en Suisse et dans d’autres pays. Le terri­toire que la Chine doit resti­tuer ne se limite pas à l’actuelle région auto­nome du Tibet puisque comprennent ceux autre­fois annexés par le gouver­ne­ment reli­gieux et nommé grand Tibet.

Nous ne sommes pas le 1er avril et cette infor­ma­tion n’a donc rien d’une farce. Elle est de plus logique lorsque l’on voit avec quel empres­se­ment ont été prises les sanc­tions contre la Russie au sujet de l’Ukraine et plus ancien­ne­ment celles déci­dées à l’encontre du régime de Saddam Hussein et plus tard les mesures visant le président syrien.

Les poli­tiques fran­çais tels Ayrault, Juppé, Fabius et autres parti­sans d’un Tibet libre deviennent ainsi plus crédibles après des années d’application d’une ligne de pensée marquée par une géomé­trie des plus variables. Diffi­cile en effet de comprendre comment les gouver­ne­ments fran­çais succes­sifs ont pu dérou­ler le tapis rouge sous les pieds du Dalaï-lama à de maintes occa­sions tout en entre­te­nant d’étroites rela­tions écono­miques avec un pays qui en supplé­ment d’envahir les régions voisines exploite honteu­se­ment 90 % de sa popu­la­tion. Outre le problème du Tibet, il est en effet humai­ne­ment inac­cep­table que les entre­prises chinoises main­tiennent en escla­vage des centaines de millions d’ouvriers, forcent au travail des enfants âgés d’une dizaine d’années, le tout dans un envi­ron­ne­ment des plus pollué.

Pour Fran­çois Hollande qui avait décla­ré peu avant son élec­tion que les Chinois trichaient sur tout avant de rece­voir en grandes pompes le président Xi Jinping, ces mesures de rétor­sion sont un grand succès diplo­ma­tique qui devrait rehaus­ser sa cote de popu­la­ri­té. Le président fran­çais n’a pas atten­du pour expri­mer sa joie après l’annonce des sanc­tions contre la Chine. Dans l’originalité qui marque l’action de ce vision­naire, Fran­çois Hollande a en effet décla­ré : « Tibet ! Tibet outra­gé ! Tibet brisé ! Tibet marty­ri­sé ! Mais Tibet libéré ! 

Je me réveille, allume mon ordi­na­teur, consulte les dernières nouvelles. Il est toujours ques­tion de la Russie, mais pas un mot sur la Chine …