Accueil Tags Faux Pas

Tag: Faux Pas

Archives

Le train le plus rapide du monde roule­ra en Chine

Le Zefiro 380, c'est son nom, sera dès 2012 le train le plus performant en utilisation commerciale. 380 km/h, raison de l'additif qui suit le nom, c'est la vitesse maximum que ce TGV peut théoriquement atteindre, même si dans la réalité cette limite ne sera jamais approchée. Le constructeur Bombardier est d'origine Canadienne et, bien que souvent méconnu du grand public, n'en est pas moins le numéro un du secteur ferroviaire mondial. Déjà présent dans les projets de train à grande vitesse construits par Alsthom ou Siemens pour 18 et 48 %, la firme canadienne qui conçoit ses produits près de Berlin était restée jusqu'à présent discrète en matière de communication sur son savoir-faire. Associé au géant Chinois CSR, au travers d'une filiale du nom de Sifang Locomotive and Rolling Stock, la société Bombardier a déjà fourni 40 trains de nuit Zefiro 250 en 2007, et ce, pour une valeur d'un milliard d'Euros. Construits également en Chine, les Zefiro 380 seront au nombre de 80, le montant du contrat initié en septembre dernier atteignant cette fois 2,7 milliards d'euros répartis de manière égalitaire entre les deux partenaires. Désirant répondre à plusieurs appels d'offres en provenance de France, d'Italie, des U.S ou encore du Brésil, M. Rambaud-Measson, président de la division transport a toutefois tenu a souligner que les unités de production Chinoise où ils sont associés ne fabriqueraient que pour le marché local. Les 1020 wagons qui constitueront les divers convois des Zefiro380 ne sont qu'une étape pour les responsables canadiens et chinois, le gouvernement ayant lancé depuis quelques années un très ambitieux programme visant à relier le maximum de villes de grandes et moyennes importances par une ligne de TGV, et ce, afin de désenclaver certaines régions de l'intérieur du pays. Les entreprises chinoises spécialisées dans le domaine du ferroviaire à grande vitesse comblant peu à peu leur retard et ayant déjà conquis certains marchés au Venezuela et en Turquie, Siemens a dû s'allier avec le même partenaire chinois que Bombardier, de peur de voir s'envoler un marché en Arabie Saoudite où les deux sociétés étaient en concurrence. Autrefois secteur réservé de quelques seuls groupes étrangers, la Chine avance lentement ses pions sur ce marché prometteur tant dans son propre pays qu'à l'extérieur.