Accueil Tags Crimes

Tag: Crimes

Archives

La diffu­sion ciné­ma­to­gra­phique en Chine : un parcours du combat­tant

En Chine, toute diffusion audiovisuelle locale ou étrangère doit obtenir une autorisation délivrée par une administration spécialisée dans ce domaine, le SARTF, ce qui signifie State of Administration Radio Televion Film. Ce service est donc chargé de contrôler avant la diffusion que le document respecte en tous points le cadre légal, celui-ci s'avérant assez contraignants et restrictifs. Si l'on retrouve en effet dans le texte de base tous les ingrédients classiques du système Chinois avec l'interdiction de l'atteinte à l'unité nationale, la révélation de secrets d'État et autres points ayant trait à la sécurité du territoire dans son ensemble, d'autres restrictions se révèlent être bien plus subjectives, ce qui empêche de fait toute expression artistique tant celle-ci se trouve encadrée. Je vous livre ci-dessous les grands points de ce texte qui, comme vous pourrez le constater, ne laisse que peu de possibilité d'improvisation ou de créativité : Inciter à la haine ethnique, la discrimination ethnique, saboter l'unité nationale, agir contre les coutumes nationales, des habitudes.
Être contraire à la politique nationale sur la religion, mettre en valeur la multiplication sectes maléfiques ou des superstitions.
Promouvoir l'obscénité, le jeu, la violence, la complicité et la criminalité.
Être injurieux ou diffamant une autre personne, porte atteinte aux droits et intérêts légitimes
Être contre la moralité publique, la diffamation de la culture.
Il est interdit de fausser la civilisation chinoise et de l'histoire chinoise par une violation grave des faits historiques. De déformer l'histoire de son pays, de ne pas respecter les cultures d'autres pays et leurs coutumes.
Dénigrer l'armée, la police armée, l'image de la sécurité publique et judiciaire.
De mélanger, même à faible niveau un contenu pornographique et vulgaire, la promiscuité, le viol, la prostitution, le sexe, la déviance sexuelle et d'autres circonstances et d'autres parties intimes des organes sexuels masculins et féminins.
L'inclusion d'homicide, de violence, des éléments de terreur, inverser vrai et le faux, le bien et le mal, la beauté et la laideur contraire à l'orientation des valeurs, la confusion entre la justice et l'injustice.
Mettre en exergue la criminalité, les techniques mafieuses, la toxicomanie, le jeu.
Promouvoir la vie négative et décadente du monde et de ses valeurs, exagérer l'ignorance et l'arriération nationale, ou le côté obscur de la société.
La promotion de l'extrémisme religieux, sectaire, blesser les sentiments des masses.
Promouvoir la destruction de l'environnement écologique, la cruauté envers les animaux.
Vanter l'abus d'alcool, le tabagisme et autres mauvaises habitudes.
Ces directives une fois respectées, il ne reste donc plus que les diffusions standardisées auxquelles est habituée la population, et qui de ce fait, va chercher dans le domaine de « l'interdit officiel» ce qu'elle ne peut trouver dans la distribution ayant passée ces nombreuses barrières.
Un des problèmes majeurs de ce pays dans ce domaine, et ce, en dehors du désir parfois trop marqué de protéger le système politique en place, est de penser qu'une majorité de Chinois ne sont pas encore assez évolués pour recevoir des images considérées aujourd'hui comme choquantes. Pensant sans doute que les pays occidentaux ont une longueur d'avance qui ferait que par exemple un Français serait plus à même de discerner le vrai du faux, les autorités chinoises pèchent en fait par optimisme vis-à-vis d'un public certes plus habitué à ce genre de diffusions, mais dont il est de moins en moins sûr qu'il sache dans tous les cas assimiler la différence entre un monde virtuel et la réalité.
Lâcher les rênes, même à petite dose, serait donc une bonne chose, sans pour cela qu'il ne soit guère judicieux d'atteindre les sommets de la violence ou de la vulgarité comme nous le proposent parfois certains longs métrages occidentaux. Ce relatif relâchement aurait de plus pour effet de lutter contre les réseaux parallèles officiellement clandestins qui eux n'étant l'objet d'aucun contrôle, diffusent des films qui eux peuvent se révéler néfastes auprès d'un public non averti.

La publi­ci­té en Chine