Accueil Tags Corps Physique

Tag: Corps Physique

Archives

Faites ce que je dis, ne dites pas ce que je...

Je me suis souvent demandé ce qui pouvait autant lier certains Occidentaux au dalaï-lama tant il semble avoir un effet hypnotique sur un certain nombre de personnes.Il a certes tout ce que l’on demande à un politicien moderne, allant du teint hâlé aux talents d’acteur, sans oublier son éternel sourire moqueur ; il s’exprime de plus fort bien et l’on ressent un indéniable professionnalisme lors de ses interventions. Quand on voit parfois la piètre qualité de certains responsables politiques, on en viendrait presque à demander au chef spirituel l’adresse de son école tant les professeurs semblent avoir été efficaces.Mais cela suffit-il pour enflammer les foules ? Logiquement non et il y a donc autre chose qu’il faut aller chercher ailleurs, une sorte de lien génétique ou culturel qui unirait donc l’homme des hauts plateaux avec certains « bien-pensants » de ce début du XXIe siècle.Et bien je crois avoir trouvé, et ce, grâce à sa dernière déclaration publique lors de laquelle il a ouvertement envisagé sa suite, un peu comme nous au temps des rois et autres empereurs.
À cette occasion, il s’est en effet prononcé sur l’avenir de la communauté en exil ou plutôt de sa gouvernance. Voici donc quelques passages : "Aujourd'hui, il est clair pour le monde entier que la démocratie est le meilleur système en dépit de ses inconvénients mineurs. C'est pourquoi il est important que les Tibétains soient également en phase avec le reste de la communauté mondiale "C'est-à-dire, tant que j’étais là, pas question de démocratie, mais puisque je vais partir, je change les règles du jeu et de plus cela fera plaisir à mes amis occidentaux qui pourront donner en exemple la communauté et ainsi contraster avec le système Chinois. Tardif comme décision après 500 ans de règne sans partage et de pratique théocratique où le féodalisme était le maître mot. Pour ceux qui affirmaient que cette démocratie était déjà opérationnelle dans la communauté, le chef semble affirmer le contraire et la promettre une fois de plus pour plus tard et surtout pour après lui.« Il est dangereux de confier toutes les responsabilités à la personne du dalaï-lama. Il est opportun qu'un dirigeant démocratiquement élu dirige le mouvement. L'ère au cours de laquelle un chef religieux devait assumer la direction politique est révolue. »Là également, il lui semble urgent de changer des règles qui semblaient pourtant bien lui convenir, mais qui s’avèrent inadaptées pour son successeur.
Tout cela paraît un peu embrouillé et l’on ressent visiblement comme un besoin de relancer une machine qui a tendance à s’essouffler. Je veux bien que certains croient à la réincarnation, mais je ne pensais pas que cela pouvait s’appliquer à des religieux qui, ayant un lourd karma à porter, vont se transformer du jour au lendemain en pèlerins de la démocratie, et montrer qu’ils sont capables de faire d’un coup de baguette magique ce que leur chef reconnait ne pas avoir eu envie de faire. Ce gouvernement fantoche n’a de plus aucune légitimité, ne résident pas dans son pays d’origine à moins qu’ils ne se prennent pour le Vichy moderne ou autre Tchang Kai Check rêvant d’une reconquête, ce qui est bien loin des déclarations officielles demandant une plus large autonomie et non une indépendance. Je vous laisse imaginer la tête des vrais Tibétains voyant arriver cette cohorte de soutanes, dont une partie n’a jamais mis les pieds au Tibet et leurs annonçant qu’ils vont les gouverner ; il ne faudrait pas trois mois pour que la population appelle au secours les Chinois pour être libéré de ces envahisseurs.
La finalité de cette déclaration était donc de prévenir qu’il changeait les règles du jeu et que ce qui était vrai hier et encore aujourd’hui ne le serait plus demain, et c’est là qu’il est possible de comprendre les liens qui lient le Dalaï-Lama avec une certaine classe sociale. Comme vous le savez, un certain nombre de pays dont est issue cette classe a pratiqué par le passé le même système de servage où la religion avait une place prépondérante. C’était l’époque où l’on colonisait ou évangélisait à tour de bras au nom de la civilisation et du savoir que seul un petit nombre détenait. Finalement, mis dehors et afin que personne ne puisse prendre la place, il a été instauré de nouvelles règles expliquant que ce qui avait été fait avant ne comptait plus et que dorénavant les règles à appliquer étaient l’inverse de ce qui avait été fait, pourtant avec certitude.
Pour résumer, ce serait : faites ce que je dis, mais ne dites pas ce que j’ai fait.Il est dommage pour un certain nombre de personnes qui ont cru à ce messie de la paix de le voir se  dévoiler ainsi sur le tard et montrer enfin sa véritable image, c'est-à-dire celle d’un système fait croire à ses adeptes à une vie prochaine bien meilleure que l’actuelle, tout en profitant à titre personnel de tous les avantages de la vie présente.
Bonne retraite et bonne fin de règne.