Sony pira­té « pas par des Chinois » : bizarre !

ps3 chinoiseComme vous le savez sans doute, 77 millions de comptes d’utilisateurs de PS3 on été pira­tés. Sony tente de son côté de se sortir de ce mauvais pas en se fondant en excuses, ce qui finit d’ailleurs par deve­nir un port natio­nal après les pros­ter­na­tions des respon­sables du nucléaire local.

Le plus étrange n’est pas tant le pira­tage lui-même, ce genre de mésa­ven­ture étant deve­nu courant, mais qu’exceptionnellement la Chine ne soit pas mêlée à cette histoire. On sait en effet depuis l’histoire Renault que ce n’est non pas Ravaillac qui a assas­si­né le bon roi Henri IV, mais un habi­tant de la province chinoise du Fujian, le tout sur ordre de l’empereur de l’époque . Depuis, les attaques n’on cessé et il serait même ques­tion d’attribuer le meurtre de
l’archiduc François-Ferdinand, qui a été le déto­na­teur de la première guerre mondiale, à un immi­gré chinois.

Plus récem­ment, diverses compa­gnies pétro­lières, construc­teurs aéro­nau­tiques ou spécia­listes dans le domaine de l’informatique ont subi des attaques ainsi que des tenta­tives d’espionnage plus ou moins réus­sies ayant toute pour base logis­tique : la Chine. C’est gran­de­ment grâce à nos médias intègres et pers­pi­caces que les origines des ces malver­sa­tions diverses ont été décou­vertes, mettant ainsi en lumière les effets néfastes de ce pays pas comme les autres.

Bizar­re­ment dans le cas de Sony, le mot Chine n’est pas évoqué, même pas susur­ré, ce qui tranche avec les précé­dentes affaires. Les ingé­nieurs chinois haute­ment spécia­li­sés dans le domaine du pira­tage ne s’intéresseraient donc pas à un réseau de plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs, alors qu’ils passent des nuits à décor­ti­quer des adresses Gmail ?

Il faut dire que dans le cas présent, l’affaire est trop impor­tante pour la lais­ser aux mains des médias qui n’ont reçu que ce qu’ils avaient le droit de diffu­ser et que rien d’autre n’est cette fois lais­sé à leur bon vouloir. Il s’agit en effet de choses sérieuses, puisque ce sont les coor­don­nées bancaires et les adresses de factu­ra­tion qui auraient été détour­nées. Ce qui est par contre rassu­rant, c’est qu’aucun dissi­dent du régime chinois ne perd son temps à jouer en réseau puisqu’aucun hacker Chinois n’est cette fois mis en cause.