Des poli­ciers muni­ci­paux victimes d’une rumeur

La dernière loi sanc­tion­nant les inter­nautes à l’origine de rumeurs a fait couler beau­coup d’encre, avec sans surprise une débauche de commen­taires critiques de la part des médias fran­çais. Il est vrai que la Chine vue de Pékin ou d’une salle de rédac­tion pari­sienne (ce qui revient au même) est assez éloi­gnée de la réali­té de terrain.

Ici pas de slogans révo­lu­tion­naires se limi­tant aux paroles aussi molasses que conve­nues, on passe aux actes aussi­tôt le message diffu­sé. Un des derniers exemples date de la semaine dernière et s’est dérou­lé à Cangnan dans le Zhejiang.

À la base un simple inci­dent entre poli­ciers urbains et une commer­çante de rue. Ces vigiles muni­ci­paux sont répu­tés à travers tout le pays pour leur sens du commerce les pous­sant à monnayer leur petit pouvoir. La conver­sa­tion s’envenime et un de ces barbouzes gifle la jeune femme. Assis­tant à la scène, un jeune homme a sorti son portable et filme l’altercation, ce qui n’est pas du goût des poli­ciers muni­ci­paux comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Les cinq vigiles en cause se sont réfu­giés dans leur véhi­cule alors que le jeune homme est trans­por­té à l’hôpital. Pour­quoi les vigiles ont-ils opté pour cette solu­tion de repli ? Parce qu’en quelques minutes, le carre­four est deve­nu noir de monde et que si les badauds sont nombreux, d’autres sont venus expli­quer aux poli­ciers leur façon de penser concer­nant le tabas­sage subi par le jeune homme. Voici le résul­tat :

Les forces de l’ordre inter­viennent pour déga­ger les cinq vigiles, ce qui n’est pas davan­tage appré­cié par ceux dési­rant les ache­ver. Des renforts sont appe­lés des deux côtés, ce qui donne plusieurs heures d’affrontements avec des dizaines de bles­sés et quelques voitures de police renver­sées. Sur la vidéo ci-dessous on peut consta­ter avec quelles diffi­cul­tés les vigiles sont instal­lés dans l’ambulance malgré la protec­tion des poli­ciers.

Pour­quoi tant de colère ? À cause de l’idiotie des vigiles, mais surtout en raison d’une rumeur diffu­sée sur les réseaux sociaux. Celle-ci rela­tait l’histoire en ajou­tant que le jeune homme était mort. Dans les faits, il ne souffre que de quelques contu­sions sans gravi­tés, ce qui n’est pas le cas des vigiles pour qui les bles­sures vont de membres cassés pour quatre d’entre eux à une frac­ture du crâne pour le cinquième. Le minis­tère de la Sécu­ri­té publique a indi­qué qu’une nouvelle loi serait mise en place dès le mois prochain afin d’encadrer stric­te­ment les pouvoirs des poli­ciers muni­ci­paux. Souhai­té de longue date par la popu­la­tion et souvent promis, ce texte n’a toute­fois jamais vu le jour. Cette fois sera peut-être la bonne…