Pétard mouillé nord-coréen ou feu d’artifice indien

heIl y a quelques jours les habi­tants de la planète vivaient sous le risque immi­nent de la fusée à longue portée nord-coréenne. C’est du moins de cette manière que les médias nous présen­taient cette menace d’un tir qui en fin de compte s’est termi­née par l’échec que l’on sait. En dehors du fait que même réus­si, il aurait été incons­cient de la part des diri­geants de Pyon­gyang de lancer autre chose qu’un satel­lite, la fusée aurait été détruite si elle était sortie de sa trajec­toire normale. Lorsque l’on sait en effet les sommes dépen­sées dans ce domaine de la défense par bien des pays, il serait alar­mant qu’un tel amas de ferraille ne puisse être hors d’état de nuire par ces dernières tech­no­lo­gies de boucliers et autres coûteux anti-missiles si souvent évoquées.

Hier c’est l’Inde qui a procé­dé à un tir, mais dans ce cas clai­re­ment iden­ti­fié comme à but mili­taire. Pour le Figa­ro (ben oui je sais, encore lui) ce succès de la nation amie (parce qu’inscrite dans la liste des démo­cra­ties et voisine de la Chine) permet à l’Inde d’atteindre des villes comme Shan­ghai ou Pékin. Si l’aspect rassu­rant est qu’il semble que le village où j’habite ne soit pas visé, il est presque aber­rant qu’un tel tapis de fleurs soit dérou­lé sous les pieds d’un pays qui repré­sente le plus grand danger pour le monde.

Il n’est pas ques­tion de remettre en ques­tion le fait que toute nation a le droit de se défendre contre une éven­tuelle attaque, ce qui devrait toute­fois être valable pour toutes ou aucune. Malgré cette facul­té aujourd’hui réser­vée aux seuls pays amis ou deve­nus trop puis­sants pour deve­nir des enne­mis, l’Inde repré­sente un réel danger, ce tant en raison de ses problèmes inté­rieurs que ses rela­tions conflic­tuelles avec certains pays comme le Pakis­tan. Un niveau de pauvre­té encore bien trop élevé, des dispa­ri­tés sociales n’ayant rien à envier à son voisin chinois malgré la géné­reuse discré­tion des médias, et surtout une démo­gra­phie galo­pante qui fera à terme de ce pays celui le plus peuplé. Pour tenter de satis­faire ces besoins inté­rieurs, c’est encore là dans le plus grand silence que sont réali­sés des achats de terre en Afrique alors que dans le même temps ceux opérés par la Chine sont présen­tés comme un danger large­ment média­ti­sé.

Si aujourd’hui l’Inde est gouver­née par des personnes respon­sables soucieuses de la paix mondiale, rien n’assure qu’il en sera de même des futures têtes appe­lées à diri­ger ce pays. Dès lors, les risques d’un conflit d’envergure pour­raient bien venir d’un pays bien moins ami. Ce danger est d’autant plus visible que depuis quelque temps l’Inde a quelques velléi­tés de réelle indé­pen­dance en se sortant progres­si­ve­ment des griffes des USA qui depuis 60 ans jouent sur une éven­tuelle agres­sion de la part de la Chine.

Plutôt que d’applaudir ce tir des deux mains tout en réflé­chis­sant avec ses pieds, bien des médias et autres experts des grandes lote­ries inter­na­tio­nales feraient bien de commen­cer à deve­nir honnêtes. Ce redres­se­ment moral consis­te­rait par exemple à montrer du doigt les vrais dangers en lieu et place de quelques fanfre­luches iraniennes ou nord-coréennes.