Peng Xiao­feng : le sili­cium ça a payé, mais ça ne paye plus

Xiaofeng-PengIl y a seule­ment 7 ans, Peng Xiao­feng était dans le haut du clas­se­ment des entre­pre­neurs les plus riches de Chine. Cet auto­di­dacte de 32 ans était alors à la tête d’une fortune de 40 milliards de dollars. Aujourd’hui, les juges viennent de statuer sur sa situa­tion en le décla­rant en faillite person­nelle.

Peng Xiao­feng est un de ces oppor­tu­nistes comme il en existe tant en Chine. Après avoir ouvert une première socié­té de commerce inter­na­tio­nal, il s’est spécia­li­sé dans l’énergie solaire en créant la socié­té LDK cotée à la bourse de Hong Kong.

En 2006, les béné­fices sont encore au rendez-vous puisque LDK paye 1,36 milliard de yuans d’impôts et emploie 20 000 personnes. Bien que les produits LDK soient quali­ta­ti­ve­ment supé­rieurs à ceux de ses concur­rents chinois, la surca­pa­ci­té du secteur photo­vol­taïque va causer la faillite de Peng Xiao­feng.

En 2011, les béné­fices fondent et la socié­té commence à licen­cier. 2012, c’est Peng Xiao­feng qui est démis de son poste de PDG. Les derniers inves­tis­se­ments de Peng Xiao­feng ont endet­té la socié­té à hauteur de 227 %.

Peng Xiao­feng tente ensuite de redres­ser sa situa­tion person­nelle en s’investissant dans le C To B ( consu­mer To busi­ness). Alors que les débuts étaient promet­teurs, le site a fermé le 1 er avril dernier du fait des pour­suites enga­gées contre Peng Xiao­feng . Peng Xiao­feng devra à présent apurer son passif avant de pouvoir espé­rer se relan­cer dans les affaires.