Des oranges bien plus juteuses que la canne à sucre (1)

Partager

Durant des décen­nies, le plateau qui s’étend d’Hengxian à Nanning (150 km) était pour sa plus grande partie plan­tée de canne à sucre. Ces trois dernières années se sont accom­pa­gnées d’une plus grande diver­si­fi­ca­tion des cultures afin de s’adapter aux chan­ge­ments en matière de consom­ma­tion. Si cet aspect est impor­tant, il est toute­fois très loin de repré­sen­ter la cause majeure de cette évolu­tion de l’agriculture locale.

Le sucre, pas seule­ment un film

Sorti en 1978, le film Le sucre était inter­pré­té par Gérard Depar­dieu, Jean Carmet et Michel Picol­li pour les rôles prin­ci­paux. Ici, ce scéna­rio a porté sur des décen­nies avec un fond commun qu’est celui d’une gestion finan­cière opaque.

Héri­tée des années 50, la gestion des terres agri­coles a long­temps été une exclu­si­vi­té des gouver­ne­ments locaux. Les paysans n’étaient alors qu’une main-d’œuvre bon marché sous les ordres de respon­sables pour qui le profit person­nel était la prin­ci­pale priorité.

Si les super­fi­cies de canne à sucre étaient impo­sées par les services locaux spécia­li­sés, les raffi­ne­ries étaient la proprié­té de ce même gouver­ne­ment. Avec des prix à la tonne fixés tout aussi loca­le­ment, une partie des béné­fices des ventes ne pouvaient qu’être détour­nés dans un cadre très limi­té. Pour ce qui est de la rému­né­ra­tion des paysans, elle se limi­tait aux besoins basiques de tout être humain.

Celle des « gestion­naires » était par contre d’autant plus impor­tante que les indus­triels ache­tant le sucre étaient soumis aux tradi­tion­nels systèmes de cadeaux n’ayant rien de spon­ta­né. S’ajoute que la produc­tion de sucre, souvent de quali­té infé­rieure, étant subven­tion­née par le gouver­ne­ment central, les chiffres four­nis étaient large­ment suréva­lués, la diffé­rence allant toujours dans les mêmes poches.

Une page se tourne à partir de 2013

De 84 % lors des années 60, le nombre de paysans ne repré­sen­tait plus que 43 % en 1986 (source Banque Mondiale), la baisse ayant été amor­cée dès la fin des années 70 et la nouvelle poli­tique menée par Deng Xiao­ping. Avec l’arrivée de Xi Jinping en 2013 se tourne une page majeure pour l’ensemble des Chinois et en parti­cu­lier pour les paysans.

La suite très bientôt…