Nais­sance d’un nouveau parti poli­tique : le P.O.S.C.D

Naissance d’un nouveau parti politique : le P.O.S.C.DSi ce qu’il reste du Parti Socia­liste orga­ni­se­ra ses primaires en octobre, la France est d’ores et déjà entrée en campagne élec­to­rale, pour peu qu’elle en soit sortie un jour. Du côté UMP, la photo du couple prési­den­tiel actuel devrait faire un malheur puisqu’accompagné de la nais­sance d’un ou deux petits (Si, ça peut !) Sarko­zy, ce qui aurait un effet béné­fique sur les inten­tions de vote. Pour le reste le paysage poli­tique se résume à un Hulot spon­so­ri­sé par TF1 qui défen­dra non pas la cause des bras cassés, mais de l’écologie, l’extrême-boîte héri­tant de la fille à papa, soit enfin deux yeux.

Pas de grandes surprises à attendre donc, à moins que d’ici là l’hexagone ne voie la nais­sance d’un nouveau parti à l’avenir promet­teur de par la quali­té de certains de ses membres. Ni de gauche, ni de droite, puisque consti­tué de person­nages prove­nant de tous les hori­zons poli­tiques, ce nouveau parti devrait logi­que­ment se nommer le P.O.S.C.D. Si ces initiales ne sont pas sans rappe­ler le P.S.D (rien à avoir avec l’extension des fichiers Photo­shop) alle­mand, il s’agit toute­fois d’un rassem­ble­ment typi­que­ment fran­çais, ces lettres étant les abré­via­tions de Parti des Obsé­dés Sexuels et Casse­roles Diverses, dont le président n’est pas connu à ce jour pour cause de dispo­ni­bi­li­té diffi­cile à envi­sa­ger.

Les quelques lignes de leur programme devraient conve­nir à une bonne partie de l’électorat, du moins mascu­lin, puisque les abus sexuels devien­dront un droit se situant au même niveau que les 35 heures, le moindre refus pouvant se traduire par un licen­cie­ment sans indem­ni­tés. Venant de Chine, le guan­xi (rela­tions) va être enfin léga­li­sé, ce système n’étant encore aujourd’hui que clan­des­tin et appli­qué par les seuls spécia­listes.

Égale­ment au programme, la natio­na­li­sa­tion de la socié­té Tour­nus qui fabrique les célèbres casse­roles, les usines devant ensuite être nota­ble­ment -éten­dues afin de répondre à la demande poten­tielle. Si ce parti parvient aux rênes du pouvoir, il sera en effet obli­ga­toire pour les élus sous le coup d’une enquête judi­ciaire de se dépla­cer en ayant un de ces usten­siles de cuisine accro­ché à une partie du corps qui reste à ce jour à défi­nir. Afin de lais­ser la popu­la­tion dormir en paix, cette direc­tive ne sera impo­sée que de 10 heures à 22 heures.

Même si actuel­le­ment le P.O.S.C.D ne peut offi­cia­li­ser le nom de celui ou celle qui sera le candi­dat, et ce, pour les raisons évoquées plus haut, ce programme paraît allé­chant tant par ses lignes direc­trices que par les experts qui en seront à la tête.

Enfin un peu de chan­ge­ment en pers­pec­tive dans l’éternel duel droite-gauche.