Monnaie chinoise : rhume de prin­temps ou bron­chite chronique ?

eur-cnyAprès s’être appré­ciée en 3 ans de plus de 20 % par rapport au dollar et à l’euro, la monnaie chinoise tousse. Rhume de saison ou bron­chite chro­nique un temps trai­té par les anti­bio­tiques four­nis par Pékin ? Il est encore trop tôt pour être certain, mais certains méde­cins sont inquiets. Depuis le début février, le RMB ne cesse de chuter, ce qui à court terme ne peut qu’imposer une inter­ven­tion de la Banque centrale chinoise.

Les raisons de cette baisse sont nombreuses avec parmi elles la déci­sion de la FED d réduire ses inter­ven­tions dans le système bancaire US. Les taux d’intérêt peu attrayants aux USA ont inci­té de nombreux spécu­la­teurs et inves­tis­seurs à privi­lé­gier les pays émer­gents propo­sant des taux d’intérêt élevés afin de finan­cer leurs projets. Deve­nus plus inté­res­sants et plus sûrs, les place­ments aux États-Unis attirent à nouveau des clients au détri­ment des émer­gents, dont la Chine.

Une deuxième raison majeure est la chute des prix de l’immobilier. L’espoir de fortes plus-values s’éloignant, les inves­tis­seurs se détournent de ce marché en tentant d’éviter le pire. Ces retraits ne pouvant qu’accélérer la baisse, la chute du RMB peut résul­ter de cette perte de confiance.

Si certains experts chinois jouent sur une prochaine pure déva­lua­tion, leurs homo­logues étran­gers se veulent rassu­rants en rela­ti­vi­sant cette baisse et en l’attribuant à un rhume passa­ger. Après avoir ache­té un impor­tant stock d’or pour garan­tir l’internationalisation program­mée de sa devise, les analystes étran­gers voient mal ce qui pous­se­rait la Banque centrale à se tirer une balle dans le pied en abais­sant arti­fi­ciel­le­ment le RMB.

Grosse bron­chite ou simple rhume ? La réponse dans les semaines qui suivent.