Moi Nico­las Sarko­zy, chômeur caté­go­rie E

umpLes clow­ne­ries se pour­suivent sur la piste hexa­go­nale. Après l’adaptation de Tarta­rin de Taras­con renom­mé Rantan­plan au Mali, ce sont les Trois Mous­que­taires qui deviennent les Trois Mous­ti­quaires. Produit par Obama Produc­tions, la distri­bu­tion des rôles ne peut surprendre, les trois acteurs étant de longue date sous contrat. On retrouve en effet David Came­ron en Athos, Fran­çois Hollande dans les habits de Portos et Ange­la Merkel dans le rôle de Mila­dy de Winter. Sans plus de surprise, le rôle du Cardi­nal de Riche­lieu a été donné à Vladi­mir Poutine pour ce film tour­né à Kiev en Ukraine. En raison des dettes accu­mu­lées par la produc­tion, le rôle de D’Artagnan sera tenu par Obama en personne, ce qui permet­tra d’indispensables économies.

Dispa­ru des écrans depuis 2012 après l’échec de « Casse-toi Pov’con 2 », nombreux étaient ceux qui pensaient à un retour de Nico­las Sarko­zy dans un nouveau long-métrage de cinq ans. Ses fans risquent d’être passa­ble­ment déçus après son annonce dans les colonnes du Figa­ro, le maga­zine dédié au ciné­ma diri­gé par l’UMP (Union des Médiocres Parlementaires).

Nico­las Sarko­zy reproche à Patée Socié­té (PS est le concur­rent direct de UMP) d’avoir écou­té certaines conver­sa­tions privées. Celles-ci concer­ne­raient le finan­ce­ment de Casse-toi Pov’Con 1 par une banque libyenne : la Kadha­fi Bank. Visi­ble­ment, le comé­dien fétiche de la droite ne tient pas à repro­duire le scéna­rio qui avait inter­dit le premier rôle à un acteur de la socié­té concur­rente. Aujourd’hui recon­ver­ti dans la finance, l’ex-vedette du PS avait été écar­té par la produc­tion pour avoir tour­né hors contrat un film publi­ci­taire dans un hôtel de New York. Ce court-métrage ne durait que quelques minutes, mais « Suce, it’s like a Chupa Chups » a eu un effet dévas­ta­teur sur la carrière de cet acteur pour­tant promis à un bel avenir.

Comment Nico­las Sarko­zy a-t-il formu­lé que tour­ner dans ces condi­tions était pour lui impen­sable ? Voici ses mots : « Contrai­re­ment à ce qui s’écrit quoti­dien­ne­ment, je n’éprouve nul désir de m’impliquer aujourd’hui dans la vie poli­tique de notre pays … Enfin, à tous ceux qui auraient à redou­ter mon retour, qu’ils soient assu­rés que la meilleure façon de l’éviter serait que je puisse vivre ma vie simple­ment, tran­quille­ment… au fond comme un citoyen « normal » ! ». Visi­ble­ment, les 5 ans de la première série ont marqué l’esprit de l’acteur, la phrase qu’il a écrite pouvant être aisé­ment trans­for­mée en « Me faire chier cinq ans de plus pour des cons de Fran­çais ? Si ça ne me rapporte rien, ne comp­tez pas sur moi. De plus, je ne serai peut-être pas là au moment du tournage. »

Nico­las Sarko­zy se range donc de lui-même dans la caté­go­rie E des chômeurs : deman­deurs d’emploi non tenus de faire des actes posi­tifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : béné­fi­ciaires de contrats aidés).

S’il est vrai que cette clas­si­fi­ca­tion lui va comme un gant, il lais­se­ra un vide dans le paysage politico-cinématographique si son annonce est suivie d’effet. Dans l’immédiat, l’UMP se retrouve sans vedette, ce qui ne sera pas sans créer de tensions dans la troupe des comé­diens sala­riés à l’année. Celle-ci sera d’ailleurs en dépla­ce­ment dans la plupart des villes de province les 23 et 30 mars à l’occasion d’une Xème repré­sen­ta­tion de la pièce en deux actes « Je veux être votre mère, élisez-moi ».

Preuve du niveau pitoyable de ces « humo­ristes » de tous bords pour­tant bien payés et qui ne font rire qu’eux.