Dans le Guangxi, l’Europe prend la forme d’un incu­ba­teur

Faute d’être une ville touris­tique, ce rôle dans la région étant assu­mé par Guilin, Nanning tente de se démar­quer au travers d’autres attraits. Siège de l’association Chine-ASEAN, la capi­tale de région forge sa répu­ta­tion de ville dyna­mique en servant de lien entre la Chine et les pays de l’ASEAN. En supplé­ment de l’exposition annuelle et des forums asso­ciés, Nanning a déve­lop­pé un certain nombre de struc­tures d’échanges écono­miques, spor­tifs et cultu­rels.

En juillet 2016 a été inau­gu­ré un incu­ba­teur tech­no­lo­gique. Comment faire connaître cet espace pour atti­rer les start-ups et les entre­prises inno­vantes ? Pas facile dans un pays où les méga­poles sont nombreuses et répu­tées. Les publi­ci­tés même les plus modernes éprou­vant les plus grandes diffi­cul­tés à s’extraire de la masse, le gouver­ne­ment local a eu l’idée de donner nais­sance à un lieu archi­tec­tu­ra­le­ment diffé­rent de l’environnement exis­tant. Regrou­pés sur une île arti­fi­cielle, les ateliers tech­no­lo­giques appe­lés à accueillir les inno­va­teurs ont ainsi été conçus sur des bases archi­tec­tu­rales de type euro­péen.

L’île n’est pour l’instant ouverte au public que le same­di et le dimanche. L’entrée est gratuite et se fait par groupe de 100 visi­teurs afin de flui­di­fier l’imposant trafic des visi­teurs. La fina­li­té est de faire connaître ces espaces dont certains sont en cours d’achèvement. Je vous laisse visi­ter.