Les « télé­ca­ments » bien­tôt sous contrôle ?

Blouse BlancheNe cher­chez pas dans un diction­naire ce que signi­fie ce mot de « télé­ca­ment » car il s’agit d’un terme inven­té pour l’occasion. Ce sont en fait toutes ces potions plus ou moins miracles qui polluent les chaînes de télé­vi­sion et sont censées guérir tous les maux. Souvent sans grands effets, mais pas toujours sans risques, ces « télé­ca­ments » sont promus au travers de spots publi­ci­taires avec l’aide bien évidem­ment payante de quelques vedettes du show-biz.

Pour certains d’entre eux, un Occi­den­tal revê­tu d’une blouse blanche vend son concours afin de donner plus de poids au produit en y ajou­tant l’image de sérieux et de crédi­bi­li­té néces­saire. Ces prépa­ra­tions n’étant pas consi­dé­rées comme des médi­ca­ments au sens phar­ma­ceu­tique du terme, ils ne passent donc par aucun contrôle.

Devant la proli­fé­ra­tion de ces annonces et les nombreuses décep­tions de la part des ache­teurs de ces potions miracles, les auto­ri­tés chinoises planchent actuel­le­ment sur un texte visant à mieux contrô­ler tant les produits que leur forme de promo­tion. C’est ainsi que les fabri­cants de produits étant présen­tés comme ayant des actions béné­fiques sur la santé devront four­nir un dossier complet prou­vant la réelle effi­ca­ci­té de leurs produc­tions. Des infor­ma­tions claires devront égale­ment être affi­chées lors de la diffu­sion des spots publi­ci­taires, celles-ci devant indi­quer avec préci­sion qu’il ne s’agit pas d’un médi­ca­ment.

Il y a quelque temps, les auto­ri­tés chinoises concer­nées avaient envi­sa­gé d’associer les vedettes parti­ci­pant à ces annonces en les rendant en partie respon­sables des éven­tuelles trom­pe­ries. Cette mesure était restée au stade du projet, sans doute pour ne pas frois­ser ces têtes connues et recon­nues.