Les prédi­ca­teurs du 21 ème siècle

ConsciencesChacun se soigne comme il peut, mais la vieille méthode Coué semble rester pour bien des Fran­çais un remède incon­tour­nable, bien que celui-ci soit loin d’avoir fait ses preuves. La Chine semblant pour certains être un genre de mala­die, ils appliquent donc cette théra­pie, tentant de trou­ver ici où là quelques adeptes de la même métho­do­lo­gie.

Ces fans de Dany Boon et de son célèbre sketch « Je vais bien, tout va bien », se réunissent donc dans des lieux virtuels où sont célé­brées de grandes messes diri­gées par le « journaliste-gourou » du moment, et qui comme les curés prononcent son sermon à la fin de chaque célé­bra­tion.

Cette bible virtuelle, vous pouvez en retrou­ver de larges extraits sur de nombreux blogs, que Google, le nouveau martyr de la Chine, se fera un plai­sir de vous four­nir. Repre­nant en chœur ces hymnes à la joie de l’autosatisfaction, dont les titres finissent par deve­nir aussi célèbres que les plus connus des cantiques.

Parmi ces grands clas­siques, citons :

La bulle immo­bi­lière chinoise va explo­ser

L’économie chinoise va s’effondrer

Mais égale­ment ceux chan­tés à l’unisson sur des blogs dits spécia­li­sés :

Les sites inter­net chinois sont mal faits

Les Chinois sont mauvais en marke­ting

Ou encore le très célèbre et deve­nu univer­sel :

Ils ont encore trente ans de retard sur nous

Si ces divers chants ont un effet apai­sant sur les consciences des adeptes, ils sont loin de guérir le mal, celui-ci trou­vant son terrain de prédi­lec­tion à l’intérieur même des corps, et ce, en raison d’une hygiène intel­lec­tuelle lais­sant à dési­rer. Telles certaines sectes qui inter­disent la trans­fu­sion sanguine, alors que cette solu­tion est la seule pouvant sauver le malade, ces adora­teurs d’une époque révo­lue conti­nuent à croire dans leur supé­rio­ri­té héri­tée, dont ils demeurent les deniers remparts face à une évidence diffi­ci­le­ment contes­table.

Le pire dans cette obsti­na­tion à croire en ces vieilles croyances désuètes est que celles-ci ont par le passé fait la preuve de leurs totales inef­fi­ca­ci­tés, comme lors de l’invasion des premiers produits japo­nais ou taïwa­nais, et même plus en arrière dans le temps, où les mêmes médias qu’aujourd’hui prédi­saient une victoire éclair des forces fran­çaises contre l’envahisseur nazi, le pays étant de toute manière proté­gé par la célèbre ligne Magi­not, répu­tée infran­chis­sable.

Pendant ce temps, le « virus chinois » pour­suit sa lente conta­mi­na­tion, nulle­ment inquié­té par ces incan­ta­tions dignes des pratiques vaudou. Alors que dès le début de l’épidémie, il aurait été judi­cieux de se mettre à la recherche d’un vaccin effi­cace, les prédi­ca­teurs poli­tiques et écono­miques ont utili­sé les premiers symp­tômes à leurs seules fins, mettant en avant les dangers poten­tiels, tout en entre­te­nant les foyers viraux, tant par leur préten­tion déme­su­rée, que par un immo­bi­lisme complai­sant, en supplé­ment d’ une inca­pa­ci­té notoire à réagir et inno­ver.

Si la situa­tion est aujourd’hui grave, en atten­dant d’être déses­pé­rée en raison de cette obsti­na­tion à être certain de son bon état de santé, ce n’est pas pour autant que nos experts et autres Nostra­da­mus de l’économie tentent de trou­ver une solu­tion, se conten­tant de nous annon­cer avec orgueil des prévi­sions s’avérant bien souvent erro­nées, se reti­rant ensuite pério­di­que­ment de la scène média­tique, le temps de manger leur chapeau tels des moines reclus, mais jamais honteux.

La venue d’un messie n’étant pas visi­ble­ment à l’ordre du jour, tant les croyances en cette supé­rio­ri­té géné­tique sont grandes, et de plus entre­te­nues par une classe poli­tique en totale déli­ques­cence intel­lec­tuelle, il ne reste plus à espé­rer que la mala­die ne soit pas aussi nocive que la médi­ca­tion, celle-ci provo­quant bien des nausées, malgré sa totale inef­fi­ca­ci­té.

Article précédentComment je suis arri­vé en Chine (8)
Article suivantLes rouges arrivent. Saison 2
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.