Le Tibet paci­fique, elle est bien bonne !

contentLe Tibet n’existant que 1 à 3 jours par an pour bon nombre d’occidentaux, j’ai profi­té de cette longue accal­mie pour tenter de me docu­men­ter sur l’histoire réelle de cette région de Chine tant aimée par les adeptes de l’encens et autres moulins à prières. L’actuel Dalaï-Lama venant tout juste de fêter son anni­ver­saire dans sa villa de la cité balnéaire de Dharam­sa­la, j’ai trou­vé inté­res­sant de donner un éclai­rage diffé­rent, mais sans doute bien plus réaliste de ce qu’était le Tibet, et qui se révèle être bien loin de ce que certains voudraient faire croire au travers de descrip­tions idyl­liques.

Il semble en effet qu’entre deux prières, les lamas aient eu une vie pour le moins agitée, du moins bien moins paci­fique ce que les béats enfu­més disent, ou plutôt oublient de dire.

Luttes d’influence, assas­si­nats, inva­sions de pays ou de régions où ils n’avaient rien à faire, l’armée tibé­taine et sa suite ensou­ta­née n’ont stric­te­ment rien à envier à ce qui se passait ailleurs aux mêmes époques, la diffé­rence rési­dant bien plus dans la manière pour le camp tibé­tain de renier tout ce qui le gêne aux entour­nures.

On peut donc sans trop de risque de se trom­per les placer aux côtés des plus sangui­naires et vindi­ca­tifs papes, qui ont eux aussi brillé par le passé par leur huma­nisme, mélan­geant allè­gre­ment au même titre que les moines Tibé­tains la poli­tique, la haute finance, l’art de la guerre, et ne lais­sant à ce pour quoi ils sont initia­le­ment desti­nés qu’une place très réduite.

On comprend mieux dès lors la tris­tesse de ces ex-nantis, obli­gés du jour au lende­main de s’adonner à ce qu’ils n’auraient jamais dû perdre de vue, c’est-à-dire la reli­gion.

Vous trou­ve­rez donc ci-dessous un lien vous diri­geant vers un site indi­quant la chro­no­lo­gie et les « gracieu­se­tés » qui ont émaillé durant des siècles l’histoire du très calme et tolé­rant peuple Tibé­tain, où du moins de ses diri­geants de l’époque, tant il est vrai que la popu­la­tion n’a jamais eu droit au chapitre, passant du statut de soldat allant se faire tuer, à celui de cerf n’ayant aucun droit.

L’histoire du Tibet paci­fique …

Article précédentLes rouges arrivent. Saison 2
Article suivantUn temple boud­dhiste dans les théiers
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.