Le Tibet aux tibé­tains et Paris aux pari­siens

Habitants« Près des deux tiers de la popu­la­tion de Lhas­sa sont des Chinois, qui peuplent désor­mais 40% de l’ensemble de la région auto­nome du Tibet. », c’est ce qui était écrit dans un article en 1999 . Dix ans plus tard, il faut se rendre à une évidence certaine qui est que soit ce jour­na­liste s’est volon­tai­re­ment ou non trom­pé, soit les dernières statis­tiques du bureau dédié à ce travail sont tota­le­ment fausses.

D’après les chiffres offi­ciels, ce seraient en effet 90 % des habi­tants qui seraient d’origine tibé­taine, ce qui repré­sente tout de même 30 % d’écart avec ceux cités dans l’article. Dès lors, qui croire ? Je dirais pour ma part ni l’un, ni l’autre ce qui en fait n’a pas grande impor­tance si l’on veut du moins être honnête. Aucun respon­sable poli­tique étran­ger ne décla­rant que cette région est autre chose que ce qu’elle est, soit une partie de la Chine, je vois mal ce qui empê­che­rait un habi­tant du Henan d’aller s’installer au Tibet.

Dans le cas contraire, il faudrait dès lors deman­der aux habi­tants de l’île de France de prou­ver leur origine et en faire de même pour les Pari­siens intra-muros. Suite à cette véri­fi­ca­tion, les personnes n’étant pas nées dans cette région seraient priées de rega­gner leur lieu de nais­sance. Bien enten­du, la même procé­dure serait appli­quée à chaque région fran­çaise, ce qui s’applique à la Chine devant logi­que­ment être égale­ment de mise ailleurs, histoire de donner l’exemple.