Le permis de conduire fran­çais enfin recon­nu en Chine : bonne route !

En visite en Chine en 2009, Fran­çois Fillon, alors Premier ministre, avait promis la mise en place rapide de l’échange du permis de conduire. Cette mesure à double sens devait enfin permettre aux expa­triés de conduire en Chine, la réci­pro­ci­té étant de mise pour un Chinois vivant ou visi­tant la France. Une fois de retour, le châte­lain de la Sarthe a sans doute été acca­pa­ré par des affaires plus impor­tantes telles que trou­ver un emploi à ses proches (plai­san­te­rie de mauvais goût).

C’est fina­le­ment le 21 février 2017 que l’accord a enfin été signé entre la France et la Chine. La conven­tion doit en prin­cipe prendre effet 90 jours après la rati­fi­ca­tion, soit en mai prochain. Les étran­gers n’auront donc plus besoin de passer l’examen du Code de la route chinois. Reste à connaître les moda­li­tés de l’échange de permis ainsi que son cadre pratique, par exemple en matière de garan­ties et de tari­fi­ca­tion des contrats d’assurance.

Un autre aspect pratique est l’adaptation d’un conduc­teur fran­çais, les Russes faisant partie de ceux n’étant pas dépay­sés, à la conduite en Chine. Le problème n’est pas, loin de là, que les auto­mo­bi­listes fran­çais soient irré­pro­chables, mais se mettre au volant en Chine implique une certaine connais­sance des us et coutumes. La vidéo ci-dessous donne un très léger aper­çu des situa­tions qui risquent de se présenter.

S’ajoute la multi­pli­ca­tion des piétons tentant de gagner le gros lot. Un expa­trié étant souvent consi­dé­ré comme riche, il risque fort d’être une cible privilégiée.

Une compo­sante à prendre en compte est l’alcoolémie au volant qui est rela­ti­ve­ment fréquente malgré la perte des 12 points du permis pour le conduc­teur fautif. Les contrôles sont nombreux et certains conduc­teurs chinois éprouvent quelques diffi­cul­tés à assu­mer leur respon­sa­bi­li­té comme le souligne la vidéo qui suit. Ivre, le conduc­teur préfère offrir une visite de la ville au poli­cier plutôt que de perdre son permis, cette excur­sion impro­vi­sée ne fera évidem­ment qu’aggraver les choses.


Ces quelques exemples sont ma manière de saluer la signa­ture de l’accord sur la recon­nais­sance du permis de conduire fran­çais en Chine. Vous êtes préve­nus et il ne vous reste plus qu’à vous prépa­rer à un dépay­se­ment total, quoique …