Le jour de sa mort a été le dernier jour de sa vie

charabiaCette inscrip­tion orne le fron­ton de l’école de Jour­na­leux sur Menson­ges. Créé à l’initiative du seigneur de La Pali­ce, cet établis­se­ment est répu­té pour donner nais­san­ce à de zélés sala­riés des empi­res de pres­se. En atten­dant de trou­ver un travail à plein temps ou en CDD, l’un d’eux fait ses armes au Figa­ro, terrain de prédi­lec­tion pour un forma­ta­ge en profon­deur.

Le prési­dent chinois étant en voya­ge offi­ciel en Fran­ce, le média ressort comme à chaque fois le carton rempli de clichés jaunis (normal pour ce qui concer­ne la Chine). Entre deux publi­ci­tés, notre futur jour­na­lis­te a réus­si à caser l’habituel commu­ni­qué d’Amnesty sortant lui aussi à point nommé. Le stagiai­re aurait pu se conten­ter de l’habituel copié/collé émanant de l’AFP, mais il a voulu y appor­ter sa touche person­nel­le. Voici ce que cela donne :

« La Chine a exécu­té des milliers de person­nes en 2013, soit nette­ment davan­ta­ge que le total de 778 condam­nés à qui a été appli­quée la peine de mort dans le reste du monde, dénon­ce l’ONG Amnes­ty Inter­na­tio­nal. »

La Pali­ce sera donc heureux de consta­ter qu’il est à l’origine de cette voca­tion de jour­na­lis­te. Heureu­se­ment en effet que le déjà bien forma­té stagiai­re souli­gne que des milliers sont supé­rieurs à 778, les abon­nés du Figa­ro ne sachant visi­ble­ment pas comp­ter. Vous remar­que­rez ensui­te comme moi la préci­sion du « reste du monde » face au flou des milliers, le chif­fre exact pouvant se situer entre 2000 et l’infini. Il est vrai que person­ne ne connaît le vrai chif­fre, ce qui permet d’avancer n’importe quoi en fonc­tion du but recher­ché.

Tout aussi flou est un autre passa­ge de ce mémo­ra­ble test d’admission au métier de bafouilleur :

« Aux États-Unis, 2013 a été une année de net déclin, marquée par des exécu­tions et des condam­na­tions à la peine capi­ta­le à des niveaux parmi les plus bas depuis des décen­nies »

Les USA en déclin, cela n’a rien de nouveau. Plus inté­res­sant est qu’il semble possi­ble que les exécu­tions ne soient pas systé­ma­ti­que­ment liées à des condam­na­tions, même le stagiai­re diffé­ren­ciant les deux. En prin­ci­pe, une exécu­tion suit une condam­na­tion pronon­cée par un tribu­nal. Ici les deux aspects sont distincts et concer­nent sans doute Guan­ta­na­mo où les condam­nés à mort pour­ris­sant dans le couloir dédié.

Pour ma part, je regret­te parfois la durée limi­tée de mes études ne me permet­tant pas de me lancer dans des textes seule­ment compré­hen­si­bles par un cercle fermé d’intellectuels. Lors­que je lis des chara­bias comme les deux passa­ges ci-dessus, je me dis que c’est autant de temps de gagné.

L’article nomi­né pour la bafouille d’or