La police chinoise de plus en plus élec­tri­fiée …

La police chinoise de plus en plus électrifiée …

Bien qu’électriques, ces véhi­cules ne proviennent pas de chez Renault et leur concep­tion n’est pas issue des docu­ments trans­mis par les trois cadres de la régie au corrup­teur chinois. Cela fait toute­fois plusieurs années que ce type de moyen de trans­port équipe la police chinoise et est même décli­né sous plusieurs formes.

Une fois consta­tée l’existence de ceux que certains Chinois consi­dèrent comme autant de gadgets coûteux, la ques­tion à se poser est de savoir à quoi ils servent, mis à part éviter la fatigue aux agents de la force publique. Élec­trique sous-entend silen­cieux, ce qui peut permettre un certain effet de surprise pour des personnes se livrant à des actes délic­tueux. Mais d’un autre côté, ce désir de passer inaper­çu côtoie diffi­ci­le­ment l’ambiance toujours très bruyante de la Chine qui est très loin d’être un monde aux conver­sa­tions feutrées d’autant plus que les très nombreux véhi­cules à moteur ther­mique sont autant de sources sonores. L’aspect « surprise » est égale­ment mis en doute par le simple fait que les éclairs prove­nant de la guir­lande de lumière surplom­bant ces véhi­cules ont pour effet d’avertir très tôt du passage du véhi­cule. Un denier point qui me laisse perplexe en supplé­ment du gyro­phare est la séri­gra­phie déco­rant l’engin, celle-ci ne lais­sant aucun doute sur son origine poli­cière.

Je pense qu’il faut cher­cher ailleurs la raison d’être de ces véhi­cules élec­triques dont la forme parti­cu­lière attire de plus l’œil, ce qui met défi­ni­ti­ve­ment fin à une volon­té de discré­tion. Les éléments précé­dant mis bout à bout, on peut même se deman­der si le but n’est pas au contraire d’être vu par le plus grand nombre. Il faut dire qu’en Chine, et contrai­re­ment à un pays comme la France où la Police est souvent le parent pauvre des dota­tions d’État, ce pays équipe du mieux possible ses agents. Les 4X4 ruti­lants sont légion aux côtés de four­gons n’ayant souvent pas grand-chose à envier à ceux de leurs homo­logues améri­cains. Si ces véhi­cules trouvent toute leur utili­té en raison de l’immensité du pays et des routes pas toujours très carros­sables, il faut ajou­ter que la conduite habi­tuelle des Chinois fait qu’il vaut mieux dispo­ser d’engins capables de résis­ter aux chocs .

Après avoir fait le tour des raisons possibles, j’en déduis qu’il s’agit de donner une image moderne du pays au travers d’un corps d’état visible par tous. Vient ensuite la vision non polluante de ce mode de propul­sion, surtout dans un pays qui souffre d’une indus­tria­li­sa­tion rapide et pas toujours très bien contrô­lée. L’état fait donc sa promo­tion au travers de la police qu’elle veut à l’avant-garde du progrès. En Chine, les images sont en effet une partie inté­grante de la vie quoti­dienne, que ce soit de manière ances­trale ou au travers de l’idéologie poli­tique au pouvoir. Il est par consé­quent impor­tant de montrer à l’opinion publique que sur une base histo­rique plus ou moins ancienne se construit un pays utili­sant les dernières tech­no­lo­gies, celles-ci étant dans certains cas plus en avance que certains ne veulent le lais­ser penser, et n’ont pas toujours besoin d’être inspi­rées par celles venues de l’étranger.

[slide­show id=12]