La collec­tion du Dalaï Lama s’agrandit

PartiLa famille des déco­ra­teurs de Sa Sain­te­té le 14e dalaï-lama s’agrandit avec la montée sur le podium de Gian­ni Aleman­no, maire de Rome. Il s’agit bel et bien d’une famille car après que le moine Tibé­tain ait été éduqué par un Waffen SS, il est déco­ré main­te­nant par un fasciste issu de l’équipe Berlus­co­ni qui est tout de même plus ami avec Le Pen qu’avec Castro.

Ancien membre du MSI, un parti néofas­ciste, il est aujourd’hui un des leaders du Peuple des liber­tés, le parti qui a pris la suite.
Il s’agit donc là d’une bien belle récom­pense qui confirme l’appartenance ou du moins les idées plus que douteuses du prix Nobel, et jette un peu plus le flou sur la promesse faite au peuple Tibé­tain sur une possible démo­cra­tie en cas d’un catas­tro­phique retour, entou­ré de sa caste Indienne d’exilés en mal de pouvoir.


Après Pino­chet et le gourou qui a fait gazer le métro de Tokyo, la photo de famille s’agrandit mais reste à l’image de ce qu’a été la méthode de gestion féodale du Dalaï Lama et de ses prédé­ces­seurs.
Dans la mesure où, sachant de qui elle venait, le chef spiri­tuel des exilés pouvait refu­ser cette distinc­tion ; mais en l’acceptant à des fins pure­ment média­tiques et poli­tiques, il conti­nue de montrer aux personnes qui ont les yeux ouverts sa véri­table mora­li­té.

Suppo­sant que le chef spiri­tuel des exilés en détresse connais­sait les idées et le passé du maire de Rome, s’il l’a accep­tée, c’est en toute connais­sance de cause et il conti­nue de montrer ainsi aux personnes aptes à ouvrir les yeux ce qu’est cet homme que certains présentent comme la bonté et l’honnêteté sur terre.

Qu’il conti­nue encore quelques temps sa tour­née des amis et il devrait rentrer avec une belle collec­tion ; le prochain pays sera peut être l’Arabie Saou­dite ou la Lybie ou encore certains autres pays connus pour leur atta­che­ment à la tolé­rance et à l’égalité des classes sociales.

Article précédent« Sino­latre » mais pas aveugle
Article suivantCCTV en proie aux critiques
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.