La classe poli­tique fran­çaise pour­rit par la queue

fruitComme ces vieux fruits deve­nus insi­pides, une partie de la classe poli­tique pour­rit par la queue. Tous pour­ris ? Non, pas encore du moins. Mais il va falloir prendre garde de sépa­rer les produits encore sains de ceux à qui la poubelle tend les bras, si l’on ne veut pas se retrou­ver avec une belle corbeille nommée démo­cra­tie, mais vide et qui en deve­nant une anti­qui­té ne servi­rait plus que de déco­ra­tion.

Les rumeurs de ballets roses et autres dérives ne sont certes pas nouvelles, mais il semble qu’un point de non-retour soit sur le point d’être atteint. Du fils de De Villiers accu­sé de viol par son frère à celui de Fabius condam­né récem­ment pour escro­que­rie, la perver­si­té touche toutes les classes poli­tiques, tous les âges et toutes les posi­tions sociales. Cette situa­tion n’est pas sans rappe­ler celle qu’a connue par le passé la plus haute noblesse obli­gée de trou­ver des épouses dans les classes sociales jugées infé­rieures en raison de la consan­gui­ni­té donnant nais­sance à des êtres anor­maux.

Qu’un ancien ministre évoque ces dérives et une partie de cette « crasse poli­tique » se lève en mena­çant de porter l’affaire devant les tribu­naux alors qu’aucun nom n’a été donné. C’est le cas aujourd’hui avec Jack Lang, alors qu’une personne à qui Luc Ferry a révé­lé l’identité de ce détra­qué soutient qu’il ne s’agit pas de l’ancien ministre de la Culture. Il est toute­fois vrai que ce minis­tère semble être deve­nu un repo­soir à pervers qui prennent ensuite fait et cause pour d’autres aux agis­se­ments aussi néfastes comme on a pu le consta­ter lors de l’affaire Polans­ki.

Si ce n’est toi, c’est donc ton frère, tel semble être deve­nu le dicton le plus adap­té à tous ces irres­pon­sables clamant leur inno­cence. Usure du pouvoir, natu­rel reve­nant au galop avec les avan­tages liés à la fonc­tion, les raisons sont nombreuses et ne peuvent être effa­cés par l’éponge magique mise en action sous le couvert que ces faits relèvent de la vie privée. Lorsqu’à Hong Kong un ambas­sa­deur vole des bouteilles de vin, c’est la France qui passe pour un pays de voleurs, ce fait étant aggra­vé par cette volon­té à taire les hypo­thé­tiques sanc­tions prises à son encontre. Lorsque le direc­teur d’un orga­nisme mondial est accu­sé d’abus sexuel, c’est encore l’image de la France qui est alté­rée.

Toutes ces personnes se présen­tant au nom d’un pays, il est temps de rempla­cer le chif­fon qui estompe les défauts par un trai­te­ment effi­cace à base de Mr Propre qui serait sans pitié pour ses agents patho­gènes qui pour­rissent le paysage poli­tique. À force de propo­ser des fruits pour­ris, les Fran­çais pour­raient finir par se tour­ner vers une autre forme d’alimentation sans doute moins promet­teuse en termes de goût, mais respec­tant bien plus les normes d’hygiène élémen­taires indis­pen­sables. Un seul fruit pour­ri peut rapi­de­ment conta­mi­ner une récolte entière, il est donc plus que temps de se débar­ras­ser de ses para­sites qui se nour­rissent de la pulpe poli­tique en se présen­tant comme les plus beaux des spéci­mens.