La Chine, un danger écono­mique ? Une vaste foutaise !

chine et la danger economiqueVous dire que l’image des produits Chinois n’est pas bonne n’a rien d’un scoop, le contraire pour­rait même être consi­dé­ré comme alar­mant en rapport de la peine que se donnent certains à nous le faire assi­mi­ler. Lait frela­té, pein­ture pour jouets défec­tueuse, les exemples sont nombreux et sont à chaque occa­sion large­ment média­ti­sés.

De là à penser que la popu­la­tion la plus touchée par cette médio­cri­té est celle origi­naire du pays dont sont issus ces produits, il n’y a qu’un pas que certains fran­chi­ront allè­gre­ment. En fonc­tion de cette conclu­sion, on peut donc imagi­ner que les Chinois vont travailler habillés de vête­ments décou­sus, marchant prati­que­ment tout le temps pieds nus en raison de la mauvaise quali­té des chaus­sures. Même vision apoca­lyp­tique au bureau où les ordi­na­teurs étant toujours en panne, ils écrivent dans la pénombre en raison de la piètre puis­sance des lampes, sur un papier se déchi­rant à la moindre pres­sion d’un stylo récal­ci­trant.

Dans la même lignée, des enfants meurent chaque année par milliers en raison de l’utilisation de jouets défec­tueux, leurs mères ne pouvant même pas s’arracher les cheveux du fait que ceux-ci sont tombés préco­ce­ment en raison de la mauvaise quali­té des sham­pooings ou des tein­tures. Cette calvi­tie précoce a pour effet de mettre en relief une peau rongée par des cosmé­tiques falsi­fiés, les mains étant défor­mées par un travail de 18 heures par jour dans une usine lugubre.

Que dire des loge­ments s’effondrant régu­liè­re­ment au bout de deux ans, et empor­tant avec eux tant la clima­ti­sa­tion tombée en panne trois semaines après son achat, que le télé­vi­seur âgé de quelques mois et qui était de toute manière au bord de l’implosion. Comme vous le savez égale­ment, les Chinois hésitent à passer sur les ponts pour­tant nombreux, ceux-ci ayant égale­ment la fâcheuse tendance à s’affaisser sous le poids de quelques piétons. Quant aux porte-containers char­gés d’acheminer tous ces « déchets » vers les pays impor­ta­teurs, ils coulent régu­liè­re­ment en pleine mer en raison tant de la mauvaise quali­té des maté­riaux employés que de la nulli­té des équi­pages.

Alors qu’une voiture occi­den­tale est recon­nue pour sa soli­di­té, les mêmes marques faisant construire en Chine sont confron­tées à de nombreux retours du fait que les soudures faites sur place ne tiennent pas, de plus équi­pées de pneus Chinois écla­tants dès les premières centaines de kilo­mètres. Je ne vous cite­rai même pas le cas des construc­teurs locaux dont tout le monde sait égale­ment qu’ils n’ont fait aucun progrès après que certaines revues spécia­li­sées se soient fait l’écho du peu de robus­tesse des véhi­cules. Les Chinois n’ayant aucune appré­hen­sion à mourir, ils sont des millions à se dépla­cer au volant de ces cercueils ambu­lants dont aucun étran­ger n’aurait l’idée de faire l’acquisition.

C’est donc avec un plai­sir non dissi­mu­lé, et après vous avoir dres­sé ce tableau loin d’être exhaus­tif que je peux vous annon­cer que la Chine est loin de repré­sen­ter le danger écono­mique que certains se complaisent à nous décrire comme étant immi­nent. Ce pays en a encore en effet pour des siècles avant de nous arri­ver ne serait-ce qu’à la cheville, tant les progrès à faire sont immenses, et ce, dans prati­que­ment tous les domaines.

J’espère que vous êtes à présent rassu­ré, à moins que les points évoqués plus haut ne soient faux, ce dont je vous laisse juger par vous-même afin de ne pas vous influen­cer.