Immo­bi­lier chinois : atten­tion au point de rupture

Partager

immobilier2Cela fait main­te­nant plusieurs mois que les mises en garde se multi­plient à desti­na­tion des spécu­la­teurs immo­bi­liers. « L’urbanisation ne peut pas se déve­lop­per indé­fi­ni­ment » est la dernière alerte en date lancée par le vice-ministre de la Construc­tion. Pour lui, le marché est aujourd’hui arri­vé au sommet et les spécu­la­teurs risquent de connaître une chute brutale.

Les immenses méga­poles vont donc être stric­te­ment enca­drées afin d’éviter un crash dévas­ta­teur pour la popu­la­tion. En contre­par­tie, les villes de deuxième et troi­sième zone vont être soute­nues dans leur déve­lop­pe­ment dans le même temps que va être proté­gé le patri­moine cultu­rel. En finir avec les villes fantômes est égale­ment un souhait des auto­ri­tés chinoises, ces dernières s’étant multi­pliées grâce à la cupi­di­té de certains respon­sables locaux.

La puis­sance de l’État, même chinois, l’emportera-t-elle sur celle de l’argent facile ? Rien de moins sûr tant les « liens d’amitié » sont forts entre ces deux éléments.