Hu Jintao ne rencon­tre­ra pas Sarko­sy.

chineLe président chinois a fait savoir qu’il ne rencon­tre­rait pas son homo­logue fran­çais lors de la réunion du G20. Le manque de clar­té, pour ne pas dire le flou des agis­se­ments prési­den­tiels depuis main­te­nant un an est la cause de cette rancœur des Chinois vis-à-vis de notre président.
Il ne s’agit pas en effet de reproches faits au peuple dans son ensemble, mais bien à son chef :
Passage chao­tique de la flamme à Paris, sans réelle réac­tion.
Visite éclair lors de la céré­mo­nie d’inauguration des J.O . (J’y vais, mais je ne reste pas)
Surmé­dia­ti­sa­tion de la rencontre avec le Dalaï-Lama.
Manque de réac­tion et d’intelligence lors de la vente Bergé (un geste ou une parole auraient été les bien­ve­nus)
Il est vrai que cela fait beau­coup pour un seul homme qui, au-delà de son égo déme­su­ré, ne prend pas la mesure de ses erreurs, sous l’œil amusé de ses alliés Alle­mands et améri­cains.
Lors du sommet du G20, la France sera une deuxième fois igno­rée, alors que Hu Jintao rencon­tre­ra ses homo­logues Anglais, Russe et Améri­cains mais égale­ment d’autres respon­sables gouver­ne­men­taux.
Il paraît évident qu’il va falloir à un moment que le président fran­çais se décide à agir, car cette brouille nuit aux inté­rêts fran­çais en annu­lant ou bloquant un certain nombre de contrats comme ceux d’Areva qui pour­raient être repris par l’Allemand Siemens.

À force d’avoir le « cul entre deux chaises », la France va finir par se retrou­ver par terre et il n’y aura personne pour nous aider à nous rele­ver. Un certain nombre de diri­geants sont effet las des tergi­ver­sa­tions prési­den­tielles et la dernière décla­ra­tion du Quai d’Orsay sur le problème Tibé­tain ne résout rien, bien au contraire, disant tout et son contraire.
Dans la vie si l’on ne veut pas aller droit dans le mur, il faut à un moment choi­sir sa direc­tion ; le mur est proche et le croi­se­ment dange­reux. Quand à ceux qui trouvent cette situa­tion hono­rable pour la France, ils ne sont sans doute pas respon­sables de milliers d’emplois et seront sans nul doute les premiers à s’insurger au cas où des entre­prises vien­draient à licen­cier pour cause d’annulation de contrats.
Si l’on se fit à se proverbe :
C’est le plus intel­li­gent qui cède, on a peu de chance de s’en sortir.
Le président Fran­çais ne doit égale­ment pas perdre de vue qu’il est le chef de tous les Fran­çais et non d’une certaine classe qui semble avoir plus de poids à l’Elysée que l’intelligence qui prévaut quand l’on doit gouver­ner un pays, surtout par temps de crise écono­mique.
Il n’est nulle­ment ques­tion de se rabais­ser, mais d’avoir enfin une atti­tude respon­sable.

Article précédentDossier : Boud­dhisme Tibé­tain
Article suivantLes ethnies, pas que du folk­lore.
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.