Hausse des taxes de douanes sur le lait en poudre impor­té

Devant la hausse de la demande de lait en poudre impor­té de Nouvelle Zélande, les auto­ri­tés chinoises ont déci­dé d’augmenter les taxes sur ces produits. Passant de 5,8 à 10 %, cette augmen­ta­tion s’ajoute à un contrôle plus strict des impor­ta­tions.

Suite au scan­dale du lait méla­mi­né en 2008, la Chine est deve­nue un client majeur pour ce qui concerne la poudre de lait et parti­cu­liè­re­ment celle desti­née à l’alimentation pour bébé. Depuis cette date le prix du lait en poudre n’a cessé d’augmenter dans des propor­tions allant de 200 à 400 yuans par boite, ce qui fait du lait chinois impor­té le plus cher au monde.

Si la quali­té est majo­ri­tai­re­ment au rendez-vous, un prix élevé est de plus en plus perçu comme une forme de marke­ting où l’image de marque doit se payer, ce qui permet dans le même temps aux acteurs étran­gers de ce secteur de réali­ser de confor­tables profits. Des taxes qui augmentent, des fabri­cants revoyant leurs tarifs à la hausse, seul reste le consom­ma­teur obli­gé de se soumettre faute d’avoir mieux loca­le­ment.

Article précédentLe héros du moment : un conduc­teur de bus
Article suivantDes oeufs bizarres
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.