Faites ce que je dis, mais ne dites pas ce que je fais

contentDéso­lé pour les redres­seurs de torts et autres donneurs de leçons, mais je vais encore vous irri­ter. Je suis en effet tombé sur une article de 01net.com qui a certes un an, mais n’a pas perdu de sa fraî­cheur. Cet article concerne le pira­tage de logi­ciel, domaine où la Chine a une solide répu­ta­tion. Si ce pays est en effet aux premières places, il est pour le moins éton­nant d’y apprendre que 40 % des logi­ciels utili­sés en France sont pira­tés (47% en 2005). Si ce taux baisse à la vitesse actuelle, les « monsieur propre » pour­ront s’exprimer de manière plus crédible autour des années 2050.

Si le pira­tage peut se comprendre de la part d’utilisateurs aux reve­nus modestes, il l’est moins lorsqu’ils vivent dans un pays riche, respec­tueux des lois et souvent enclin à donner des leçons de bonne conduite. Cette manière de dénon­cer l’autre pour cacher ces propres agis­se­ments comme l’a démon­tré l’affaire Renault. A cette occa­sion t a été publié un « câble » de Wiki­leak rela­tant que la France était bien plus redou­table en matière d’espionnage que la Russie ou même la Chine.

Certains me rétor­que­ront que ce n’est qu’une affir­ma­tion de Wiki­leaks, mais on ne peut pas expli­quer d’un côté la véra­ci­té de ces paru­tions lorsqu’elles arrangent et les refou­ler lorsqu’elles vont dans le sens inverse à ses propres convic­tions.

Pas ques­tion d’être « anti­fran­çais » car je me tire­rais une balle dans le pied, mais un peu de modes­tie est parfois utile et aide à progres­ser.

content