DSK démis­sion et Japon réces­sion

ÉconomieDomi­nique Strauss Khan a fina­le­ment donné sa démis­sion au poste de direc­teur du Fond Moné­taire Inter­na­tio­nal. En dehors de l’histoire elle-même qui devient dès lors encore plus d’ordre privé qu’elle ne l’était aupa­ra­vant. Pour le FMI, cette déci­sion est une bonne chose puisqu’il va pouvoir se remettre au travail dans un contexte écono­mique diffi­cile. Si Chris­tine Lagarde, ministre actuelle de l’industrie, est pres­sen­tie au poste qu’occupait précé­dem­ment DSK, faire accep­ter une Fran­çaise en rempla­ce­ment d’un fran­çais risque de s’avérer diffi­cile après les dernières agita­tions.

Quelque soit cette person­na­li­té, elle devra rapi­de­ment s’occuper de la dette de certains pays euro­péens, mais aussi, et surtout du Japon. Suite au tsuna­mi et aux dommages qui ont suivi, l’économie nippone est en réces­sion, ce qui n’est bon ni pour le Japon, ni pour le monde en géné­ral. La produc­tion indus­trielle a en effet bais­sé de plus de 15 % par rapport à février, ce qui laisse présa­ger de ce qui risque de se produire une fois les stocks de certaines pièces épui­sés.

Passé les grands débor­de­ments de compas­sion plus ou moins hypo­crites, il s’agit de prou­ver que les senti­ments peuvent aussi se traduire en actes qui seront dès lors bien plus appré­ciés de nos « amis japo­nais ».

Article précédentÉté 2011 : La Chine en mal d’énergie
Article suivantLes lames chinoises me rasent
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.