Dopage dans les écoles maternelles

Partager

dopageEn quelques semaines, ce sont plusieurs cas iden­tiques de dopage qui ont été révé­lés. Il ne s’agit pas de spor­tifs de haut niveau, mais d’enfants âgés de 3 et 6 ans. Vita­mines et anti­vi­raux ont été ainsi admi­nis­trés sans aucun contrôle médi­cal et sans aver­tir les parents.

La version des « respon­sables » des établis­se­ments concer­nés est que cette prise de médi­ca­ments, pour eux sans danger, avait pour but d’augmenter l’assiduité des enfants. La véri­té est vrai­sem­bla­ble­ment diffé­rente avec le profit pour unique objectif.

En fin d’hiver, les virus grip­paux et autres affectent de nombreux enfants et sont donc la cause d’un fort absen­téisme. Préve­nir ces absences évite ainsi un impor­tant manque à gagner, les risques suppor­tés par les enfants étant relé­gués au second et même troi­sième plan. Ces affaires de dopage ne sont pas les premières touchant les écoles mater­nelles et autres garde­ries d’enfants.

Ces dernières années, plusieurs dizaines de très jeunes élèves sont morts dans des acci­dents causés par la surcharge du véhi­cule qui les trans­por­tait. De nombreux cas de violence physique ont été égale­ment signa­lés avec pour origine le manque de quali­fi­ca­tion du person­nel pour ce genre de travail. Ces derniers déra­pages ne font qu’amplifier le fait qu’en Chine les enfants sont parfois consi­dé­rés comme de simples objets de consom­ma­tion devant rappor­ter un maxi­mum de marge bénéficiaire.