Donner la prio­ri­té aux piétons : un pari très loin d’être gagné

Des voitures qui s’arrêtent pour lais­ser passer le piéton enga­gé sur les passages qui leur sont dédiés. Telle est la mission qui a été confiée aux diffé­rents services de police par le gouver­ne­ment de Nanning.

Il faut savoir que jusqu’à présent, les piétons étaient plus souvent assi­mi­lés à des quilles de bowling qu’à des êtres humains. La situa­tion s’étant forte­ment dégra­dée avec la hausse verti­gi­neuse du nombre de voitures, seuls quelques piétons en « phase termi­nale » se risquaient à traver­ser un carre­four alors qu’une voiture étant en vue.

Le record a été établi par une habi­tante de la capi­tale de région qui a dû patien­ter près de 30 minutes. Et encore ! Il faut préci­ser que le passage lui a non pas été permis par un auto­mo­bi­liste animé par une fibre sociale surdi­men­sion­née, mais grâce à l’intervention d’un poli­cier aidant au péril de sa vie la dame à traver­ser.

Une passe­relle aérienne ou souter­raine coûtant plus cher que l’éducation forcée des conduc­teurs, le gouver­ne­ment local a donc déci­dé d’agir. Comme souvent, il y a d’abord eu une période de tran­si­tion alimen­tée par des spots inci­ta­tifs diffu­sés sur les chaines locales. Les effets ont été évidem­ment limi­tés et après trois mois de sensi­bi­li­sa­tion est venu le temps des sanc­tions.

Depuis le 1er octobre, tout auto­mo­bi­liste qui ne s’arrête pas pour lais­ser passer un ou plusieurs piétons est passible d’une amende de 150 RMB (un peu moins de 20 €) et surtout d’un retrait de 3 points. Les auto­mo­bi­listes à l’arrêt doivent de plus respec­ter une distance d’environ 1 mètre du passage pour piéton, ce pour rassu­rer les piétons surpris par cette soudaine amabi­li­té.

Est-ce que ça marche ? Il est encore trop tôt pour avoir un avis, mais l’application géné­ra­li­sée de ce nouveau compor­te­ment va sans doute deman­der du temps, beau­coup de temps…

Article précédentEn Chine, le TGV se loca­lise
Article suivantSi Vincent Mosca­to était Chinois
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La reproduction totale ou partielle des articles de ce site n'est en aucun cas permise sans autorisation.