Bonne nouvelle pour les Chinois : le taux de crois­sance baisse

En mars dernier les auto­ri­tés chinoises annon­çaient un objec­tif de crois­sance annuelle de l’ordre de 7,5 %. C’est à quelque chose près ce chiffre qui a été annon­cé aujourd’hui par la Banque Asia­tique de Déve­lop­pe­ment, ce qui ne consti­tue donc pas une surprise.

Malgré cette « non-actualité », ce chiffre est tritu­ré dans tous les sens par les médias pour tenter de lais­ser croire à un possible effon­dre­ment de la Chine avec pour argu­ment le souve­nir des taux de crois­sance à deux chiffres. Si une telle éven­tua­li­té ne peut en rien résoudre les soucis des Occi­den­taux, consta­ter un nivel­le­ment par le bas est depuis long­temps la seule poli­tique entre­te­nue par des diri­geants qui plutôt que de résoudre les problèmes, passent leur temps à en discu­ter entre gens du même monde.

Pour la popu­la­tion chinoise cette stabi­li­sa­tion progres­sive de la crois­sance est une excel­lente chose puisque va de pair avec une baisse sensible de l’inflation. Si la hausse du PIB ne concerne en effet qu’une partie des Chinois, la hausse de produits de consom­ma­tion courante affecte en premier lieu les budgets des familles les plus modestes. Avec une crois­sance de 7,5 % et une infla­tion rame­née à 3,2 %, la diffé­rence est d’un peu plus de 4 points dont une partie se trans­for­me­ra en pouvoir d’achat supplé­men­taire.

Même s’il est assez aisé de comprendre qu’une nation notoi­re­ment en retard court plus vite que ses devan­cières le temps de rattra­per de rejoindre le pelo­ton de tête pour ensuite suivre le rythme impo­sé par les premiers, cette tech­nique pour­tant ancienne ne semble pas avoir été assi­mi­lée par certains experts et jour­na­leux. Il en est ainsi en F1 où la voiture battant à un moment donné le record du tour n’est pour autant certaine de figu­rer sur la plus haute marche du podium, cette situa­tion étant celle de la Chine depuis plusieurs années. Ce pays n’ayant jamais eu pour objec­tif que de deve­nir une socié­té moyen­ne­ment déve­lop­pée, il a prati­que­ment atteint son but et doit main­te­nant récu­pé­rer d’efforts pas toujours couron­nés d’efficacité. Stabi­li­ser sa crois­sance dans une vision plus ordi­naire est donc à présent une prio­ri­té, même s’il reste encore plusieurs dizaines de millions de Chinois à faire monter à bord de cet immense navire.