Ma belle prin­cesse : la Chine a aussi ses Dallas

10522e6991532a244En 1998 était diffu­sé pour la première fois la série « Ma belle prin­cesse » (还珠格格 – Huán zhū gégé). Copro­duite par une socié­té taïwa­naise et Hunan TV, cette série comporte un total de 112 épisodes répar­tis sur 3 saisons. Si les deux premières initia­le­ment diffu­sées en 1998 (24 épisodes) et 1999 (48 épisodes) ont passion­né le public, la troi­sième datant de 2003 (40 épisodes) a reçu un accueil des plus miti­gé. La raison tient prin­ci­pa­le­ment au fait que les acteurs prin­ci­paux des deux premières séries sont absents, le metteur en scène ayant eu de plus la très mauvaise idée de conser­ver les mêmes noms en les distri­buant aux nouveaux arri­vants.

Cette série repose en grande partie sur la vita­li­té débor­dante de la plus borde­laise des Chinoises qu’est Zhao Wei. Est égale­ment présente la très belle Ruby Lin ainsi que le plus chinois des Anglais : Zhang Tie Lin.

1215056440134_1215056440134_rBien que tenant un second rôle, figure dans cette série une jeune fille alors âgée de 16 ans qui allait par la suite connaître une immense carrière. Jouant une demoi­selle de compa­gnie, cette gamine n’est autre que Fan Bing­bing pour qui cette série a été un trem­plin Cette série régu­liè­re­ment redif­fu­sée a égale­ment servi de base de lance­ment à plusieurs de ses acteurs qui ont ensuite enchai­né les succès pour se forger une solide noto­rié­té dans le métier. D’autres ont connu un succès moindre comme Zhou Jié à qui le public a repro­ché sa « tête enflée » après cette série. Une des actrices (Luye Dang) a pour sa part connue une fin tragique en décé­dant dans l’accident du bus qui la rame­nait d’un spec­tacle en 2000.

Comme dans la plupart de ces séries télé­vi­sées, qu’elles soient chinoises ou autres, le scéna­rio est en prio­ri­té conçu pour diver­tir, voire amuser. Des décors exté­rieurs et inté­rieurs magni­fiques, des costumes souvent écla­tants, donnent à cette fresque vague­ment histo­rique une scène de choix à des acteurs déjà talen­tueux ou allant le deve­nir. Le Kung Fu est bien sûr à l’honneur avec des prouesses proches de la magie grâce au miracle de la réali­sa­tion et l’aide de quelques fils. Le rôle que tient Zhao Wei est pour beau­coup dans le rythme soute­nu de cette série deve­nue aussi mythique en Chine que celle de Dallas et son univers. L’ensemble des épisodes est dispo­nible sur le web en version chinoise et parfois anglaise, plusieurs DVD regrou­pant l’ensemble des épisodes et des saisons.