Après le tour de France des ramo­neurs, celui des enfu­més

tibétainÀ partir du 30 juin 2012 la consom­ma­tion de canna­bis devrait connaître une chute verti­gi­neuse. Les bobos défen­seurs des reli­gieux tibé­tains exilés, deve­nus de fervents adeptes de la démo­cra­tie par corres­pon­dance grâce aux subven­tions CIAsées vont en effet effec­tuer le tour de France en même temps que certains coureurs autant calci­nés du cerveau, produits dopants obligent. La fina­li­té de cette action est bien évidem­ment de mettre la merde (pas d’autres mots) comme ils l’on fait en 2008.

Étran­ge­ment, ils ne se rendront pas à Londres alors que de nombreux athlètes chinois s’y trou­ve­ront pour les JO, préfé­rant la protec­tion de quelques ministres à qui ils ont appor­té leur soutien lors des élec­tions. Ce choix peut égale­ment avoir pour expli­ca­tion le fait qu’un des anciens gagnants du Tour est améri­cain, pays que connaît très bien le premier ministre de ce gouver­ne­ment rappe­lant celui de Vichy. Le nouvel agita­teur en chef a en effet passé une bonne partie de sa vie aux USA afin de prendre la place de son illustre prédé­ces­seur, ce tant à ce poste que comme fer de lance de l’agitation Améri­caine en Chine et parti­cu­liè­re­ment au Tibet.

Tout aussi bizar­re­ment, la presse libre et indé­pen­dante ne fait pas grand écho de ce qui sera à n’en pas douter un moment fort de la gran­deur de la France, ce qui bien évidem­ment n’a aucune impor­tance pour ses attar­dés mentaux cher­chant là une raison d’exister. Reste à savoir quelle sera la réac­tion de ceux qui ont en charge le main­tien de l’ordre dans le pays, plan­ter un drapeau en tant que maire étant autre­ment plus facile que de tenir son rôle de premier ministre, non pas d’une caste, mais de toute une nation. J’en arrive déjà à regret­ter que Sarko­zy ait été battu, les matraques des CRS étant sans trop de doutes plus dures, quoiqu’en 2008 l’ex-président n’ait guère brillé par ses posi­tions pour le moins variables.

Si vous trou­vez que j’exagère concer­nant la propen­sion de ces personnes à fumer n’importe quoi, il suffit de regar­der comment ils voient la Chine dans leurs rêves. Pour ceux qui croyaient à leur hypo­cri­sie sur une auto­no­mie du Tibet, mais pas une indé­pen­dance, cette image vaut un long discours :

tibétain