Après la deuxième immo­la­tion en 48 h. Free-Briquet appelle à mani­fes­ter

Fr

Un homme de 62 ans s’est griè­ve­ment bles­sé ce matin en s’immolant par le feu dans une rue de Saint-Priest, près de Lyon, un jour après un acci­dent simi­laire dans l’agglomération lyon­naise. C’est de cette manière pour le moins étrange que Le Figa­ro informe ses lecteurs. Il est vrai qu’il ne s’agit pas là de moinillons tibé­tains et qu’il ne peut donc s’agir que d’une maladresse dont il est aisé d’imaginer le dérou­le­ment :

À 24 heures d’intervalle, ces deux personnes se sont trou­vées bloquées dans les embou­teillages et sont tombées en panne d’essence. Elles se sont alors rendues à la station-service la plus proche pour y ache­ter quelques litres du précieux liquide. En reve­nant vers leur véhi­cule, elles ont trébu­ché et en tombant leur briqué à glis­sé de leur poche. En tendant la main pour le rattra­per, les deux personnes l’ont malen­con­treu­se­ment action­né. Le bidon d’essence ayant les deux fois perdu son bouchon lors de sa chute, la conju­gai­son des deux malen­con­treux hasards a enflam­mé le combus­tible.

Free-briquet a immé­dia­te­ment réagi à ces deux acci­dents en deman­dant la libé­ra­tion du gaz conte­nu dans les millions de prisons en plas­tique. Une mani­fes­ta­tion est prévue demain matin devant les bureaux de l’entreprise BIC afin de mettre fin à ce calvaire qu’endurent ces malheu­reux objets. Une marche commune devrait être orga­ni­sée dans la foulée pour venir en soutien aux moines qui eux tombent sur leur Rolex ou iPod, ce qui repré­sente une perte bien plus impor­tante qu’un simple briquet jetable.

C’est beau l’information tout de même …