Analy­se d’urine contre chaus­su­res pres­que gratui­tes

Préc.2 de 2Suiv.

Pour la secon­de réunion les seniors sont bien moins nombreux puis­que le nombre de parti­ci­pants n’atteint que la centai­ne. Certains ont en effet trou­vé l’opération trop complexe ou n’ont pas su répon­dre aux ques­tions. En préam­bu­le à cette deuxiè­me réunion, un présen­ta­teur deman­de aux seniors d’éteindre leurs porta­bles et surtout de ne pas le tenir dans la main. Une des person­nes présen­tes passe toute­fois outre cette deman­de, ce qui vaudra la publi­ca­tion de cette réunion sur les réseaux sociaux, vidéo qui sera ensui­te repri­se par des chai­nes de télé­vi­sion loca­les.

Les copies sont ramas­sées, ce qui redon­ne l’espoir aux retrai­tés de repar­tir sous peu avec leurs chaus­su­res. Pas tout à fait puisqu’ils doivent se rendre aux toilet­tes pour remplir d’urine un gobe­let en plas­ti­que et préle­ver ensui­te un peu de liqui­de grâce à une pipet­te reliée à un flacon. Après avoir inscrit leur nom sur l’éprouvette remi­se à ce qui ressem­ble par la tenue vesti­men­tai­re à une infir­miè­re, les seniors repren­nent leurs places pour assis­ter à la présen­ta­tion du produit que vend la socié­té orga­ni­sa­tri­ce.

Il s’agit de gélu­les conte­nant des pépins de raisins broyés et dont l’origine est un labo­ra­toi­re améri­cain. Les pépins sont pour leur part présen­tés comme prove­nant des meilleurs vigno­bles fran­çais, l’ensemble des indi­ca­tions étant unique­ment en anglais, ce comme la marque.

Pour ceux et celles qui l’ignoreraient, les pépins de raisins sont répu­tés pour conte­nir diver­ses substan­ces béné­fi­ques à la santé, en parti­cu­lier celle des person­nes âgées. Certai­nes études vont en tout cas dans ce sens, d’autres faisant état d’effets moins certains. 

Dernier discours et quatre « méde­cins » pren­nent place sur l’estrade. C’est en effet le moment de commen­ter les résul­tats des analy­ses d’urine réali­sées durant les discours. Ne sont appe­lées à se présen­ter devant l’une des person­nes en blou­se blan­che que les seuls seniors dont les résul­tats font appa­raî­tre quel­ques anoma­lies. Ils sont ainsi une cinquan­tai­ne à défi­ler, les autres rece­vant enfin leurs chaus­su­res avant de quit­ter la salle au plus vite.

En ce qui concer­ne les « mala­des », la poudre de pépins de raisins leur est présen­tée comme le remè­de mira­cle et unique pouvant résou­dre leurs problè­mes. Le coffret conte­nant 10 flacons de gélu­les est vendu 4 900 RMB (670 €), soit d’après une hôtes­se la moitié du prix normal. Une quaran­tai­ne de coffrets trou­vent preneurs, ce qui repré­sen­te près de 25 000 €. L’opération « pépins de raisins » s’étant dérou­lée sur plusieurs semai­nes et dans une centai­ne de villes, le béné­fi­ce s’est révé­lé d’autant plus impor­tant après les contrô­les des servi­ces locaux du Minis­tè­re du Commer­ce. La vidéo diffu­sée sur les chai­nes loca­les de télé­vi­sion a éveillée les soup­çons, ce qui a conduit les fonc­tion­nai­res à véri­fier l’authenticité des produits.

Il s’est avéré que la socié­té sans exis­ten­ce léga­le commer­cia­li­sait des gélu­les conte­nant en réali­té des coques de noix broyées et récu­pé­rées auprès des usines vendant les cerneaux de ce fruit. Pour ce qui est des chaus­su­res, Nike ne les a jamais fabri­quées ou conçues, leur prix réel étant d’environ 30 RMB. Pour ce qui est des analy­ses d’urine, elles étaient tout aussi faus­ses, le choix des « mala­des » étant effec­tué en fonc­tion de leur appa­ren­te aisan­ce finan­ciè­re.

Le seul pépin de cette histoi­re concer­ne le « respon­sa­ble » de la socié­té qui a été arrê­té et se retrou­ve sous le coup d’une enquê­te judi­ciai­re qui devrait le condui­re non pas vers la fortu­ne, mais en prison pour plusieurs années. Pour les victi­mes, il n’est même pas sûr que leurs chaus­su­res chère­ment payées leur permet­tent de refai­re « La longue marche » dont la Chine fête cette année le 80e anni­ver­sai­re.

Préc.2 de 2Suiv.