29 morts lors d’une atta­que terro­ris­te à la gare de Kunming

Le bilan provi­soi­re de l’attaque terro­ris­te perpé­trée hier soir à la gare de Kunming (Yunnan) est de 29 morts et plus de 130 bles­sés. Armé de machet­tes, le grou­pe terro­ris­te, masqué et en unifor­me, s’en est pris sans aucun discer­ne­ment aux voya­geurs.

kumningPlusieurs assaillants ont été tués par les forces de poli­ce arri­vées en renfort. Parmi les victi­mes figu­rent des poli­ciers en poste à la gare et donc seule­ment armés de matra­ques. Comme pour l’attentat à la voitu­re piégé commis en octo­bre 2013, cette action terro­ris­te est attri­buée aux grou­pes sépa­ra­tis­tes du Xinjiang dont la chef de file est exilée aux USA.

Quel­le est la fina­li­té de ce mouve­ment ? Créer des tensions entre les commu­nau­tés Han et musul­ma­ne du Xinjiang afin d’attirer vers lui un maxi­mum de sympa­thi­sants. Au travers de ces atta­ques aveu­gles, le mouve­ment sépa­ra­tis­te espè­re provo­quer des repré­sailles de la part des Hans, ce qui en fin de comp­te servi­rait leur cause. Certains « bien-pensants » et médias occi­den­taux* étant prêts à adhé­rer à n’importe quel­le vague idéo­lo­gie du moment qu’elle affec­te le pouvoir poli­ti­que chinois, ces actions terro­ris­tes visent égale­ment à atti­rer la sympa­thie de la commu­nau­té inter­na­tio­na­le.

Pour les auto­ri­tés chinoi­ses, il s’agit par consé­quent de trou­ver le juste équi­li­bre entre le main­tien de la paix socia­le et la lutte contre le terro­ris­me. Bien­tôt un Guan­ta­na­mo à la Chinoi­se ? Pour une fois les tradi­tion­nels donneurs de leçons trou­ve­ront une réel­le utili­té de par leur expé­rien­ce en la matiè­re.

* – Médias fran­çais : l’attaque meur­triè­re de la gare de Kunming quali­fiée de « terro­ris­te». Ce mot de « quali­fié » a-t-il été utili­sé à l’occasion des atten­tats du 11 septem­bre ou de ceux ayant touché la Fran­ce en 1995 ? Enco­re une preu­ve de l’asservissement de certains médias fran­çais.