Un taux d’alcoolémie qui suit celui du niveau de vie

Partager

Sens

De la même manière que dans bien d’autres pays, une partie des Chinois a tendance a boire plus que de raison. Que ce soit lors de repas ou dans les KTVs, l’alcool coule souvent à flot, ce qui provoque un bon nombre de déra­pages. Une fois les esprits échauf­fés, le self-control natu­rel a tendance à s’émousser ce qui a pour effet de dégé­né­rer en bagarres. Si les bles­sures légères ou autres dégâts maté­riels sont monnaie courante, il faut égale­ment ajou­ter à ce bilan de nombreux morts.

Il y a par exemple peu de temps, lors d’une réunion de famille dans un restau­rant d’Hengxian le ton est monté entre deux frères qui s’entendaient portant bien habi­tuel­le­ment. Ne dési­rant pas recon­naître ses torts sur une histoire tota­le­ment banale, l’un des frères a tran­ché la gorge de son aîné à l’aide d’une bouteille de bière qu’il avait au préa­la­ble­ment cassé. Ce genre d’incident est rela­ti­ve­ment courant, mais à l’avantage d’avoir souvent une portée limi­tée. Il en est tout autre­ment lorsque ces mêmes personnes prennent le volant, car ils deviennent alors des dangers roulants pour des dizaines de personnes. Les Chinois condui­sant déjà majo­ri­tai­re­ment mal à jeun, je vous laisse imagi­ner ce que cela peut être en état d’ébriété.

Les contrôles de police ont beau être rela­ti­ve­ment nombreux, l’augmentation du nombre de véhi­cules multi­plie par autant les cas de chauf­feurs ayant bu. La seule amende encou­rue est loin de les dissua­der d’autant plus lorsque celle-ci est payée, une rela­tion bien placée suffi­sant pour passer l’éponge. La puis­sance des véhi­cules ayant tendance à suivre l’évolution du niveau de vie, il est de plus en plus clas­sique que les poli­ciers contrôlent posi­ti­ve­ment un conduc­teur qui conduit une de ces voitures de luxe dont les Chinois sont si friands.

Il y a quelque temps, un de ces proprié­taires de limou­sines avait été sanc­tion­né pour conduire avec 36 mg d’alcool dans le sang, ce qui était déjà pas mal. Ne pouvant aller plus loin que le péage d’autoroute auquel il s’était arrê­té, le chauf­feur s’était affa­lé sur son volant et n’a pu être réveillé qu’à l’hôpital. Cette dose n’est toute fois rien à côté de celle mesu­rée dans le sang d’une personne qui « pilo­tait » un Porsche Cayenne puisque la prise de sang a révé­lé une quan­ti­té d’alcool égale à 240 mg. Si je pensais que cet irres­pon­sable déte­nait là un record il n’en est rien, un habi­tant de Shenz­hen ayant lui été contrô­lé avec la baga­telle de 450 mg, et ce, après voir tué deux piétons et bles­sé griè­ve­ment 6 autres personnes.

Ce sont ces acci­dents répé­tés mettant en cause des chauf­feurs ivres qui ont pous­sé les auto­ri­tés chinoises à élabo­rer une loi dont les peines seront en rapport avec la quan­ti­té d’alcool ingur­gi­té et non plus le système d’amendes fixes appli­qué actuel­le­ment. Passé un certain seuil, ce qui est un délit serait assi­mi­lé à un crime ce qui engen­dre­ra des sanc­tions pouvant aller à l’emprisonnement à vie.

Reste à savoir si ce texte sera appli­qué à la lettre, car si le prin­cipe semble aller dans le bon sens, il reste à savoir si le vieux dicton qui suit sera toujours ou non d’actualité :

« Suivant que tu seras riche ou misé­rable, la justice n’aura pas pour toi les mêmes yeux. »

S’il ne s’agit pas d’un proverbe typi­que­ment chinois, celui-ci n’en est pas moins large­ment adap­té.