La Chine vue de Chine

.

Les jeunes chinois et le sexe : un rapport désastreux


Les jeunes chinois et le sexe : un rapport désastreuxLe rapport récemment remis aux autorités Chinoises, suite à une enquête nationale menée auprès de 22000 jeunes âgés de 15 à 24 ans, dresse un état désastreux des connaissances sexuelles des jeunes Chinois.

Un des éléments de cette enquête relève par exemple que parmi les jeunes filles ayant eu des relations sexuelles, 91 % d’entre elles ont eu recours à l’avortement, mettant ainsi en avant le manque d’informations conduisant à une absence de protection. Pour les jeunes hommes, seuls 4.4 % déclarent être suffisamment informés sur la vie sexuelle, et 14 % sur les risques de contamination par le VIH.

Ce constat alarmant montre le long chemin qu’il reste à faire à ce pays, tant dans le domaine de l’information des jeunes, que celui des parents souvent restés avec des bases considérées comme morales datant d’il y a 50 ans. Si les établissements scolaires dispensent quelques conseils dans le domaine de la sexualité, l’environnement familial est très souvent peu propice à s’informer davantage, l’aspect tabou du sexe restant de mise dans les campagnes et les zones reculées.

Si 60 % des jeunes interrogés reconnaissent trouver normal d’avoir des relations sexuelles avant le mariage, le manque flagrant d’information sur le sujet est également la marque d’un fossé entre deux générations, les modes de vie ayant changé bien plus vite que les mentalités.

Le fossé social entre chinois âgés de 18 à 25 ans et leurs parents est en effet énorme, ces derniers ayant connu une éducation traditionnelle marquée par les valeurs dites morales de l’époque, alors que leurs enfants se retrouvent plongés dans une société n’ayant qu’un très lointain rapport avec ce qu’ils ont connu, il y a pourtant peu de temps.

C’est donc bien plus l’éducation parentale que les responsables Chinois vont devoir développer, et ce afin que les jeunes ne soient moins enclins à trouver des informations au hasard des rencontres. Si discuter de la sexualité à l’école est un point positif, la porte familiale étant bien souvent totalement fermée à ce sujet, il est ensuite difficile aux jeunes gens d’oser aborder la question, ce qui provoque les dérives relevées dans l’enquête.



Albié Alain

Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.