Navigation Menu

Les Chinois aiment le foot, il ne manque que les bons joueurs

les journauxLa coupe du monde de foot­ball qui débute aujourd’hui est telle­ment mise en avant par les médias chinois que l’on en arrive à oublier que la Chine ne figure pas parmi les quali­fiés. Spots publi­ci­taires, encarts de plusieurs pages dans les jour­naux pour présen­ter tant l’évènement que les joueurs, tout y est, et l’on peut se deman­der si, malgré le niveau de ses propres joueurs, ce pays ne serait pas en train de prépa­rer sa candi­da­ture à une prochaine édition.

Bien que la Chine ne soit pas, et de loin, une grande nation du foot­ball, l’aspect mondial et paillette pour­rait en effet inté­res­ser tant un certain nombre de muni­ci­pa­li­tés que d’entreprises dési­reuses de promo­tion­ner leurs produits, et parmi elles les deux fabri­cants de bois­sons à bulles que sont Coca et Pepsi.

Un certain nombre de matches seront retrans­mis en direct, couvrant ainsi un évène­ment qui étran­ge­ment passionne bien plus de Chinois qu’on ne pour­rait le penser. Forte de 4 millions de licen­ciés, la fédé­ra­tion chinoise de foot­ball a vu le jour en 1924, mais ce sont les années 90 qui ont été les déto­na­teurs à une rela­tive évolu­tion de ce sport. Sans doute que la forma­tion de qualité est un des points faibles de ce secteur spor­tif, et ce, malgré la venue de quelques entraî­neurs étran­gers. La corrup­tion et diverses affaires troubles nuisent régu­liè­re­ment au déve­lop­pe­ment de ce sport, même si dans ce domaine bien des pays sont assez mal placés pour jouer les moralisateurs.

Le public poten­tiel semblant être là, il ne reste plus aux respon­sables qu’à donner au foot­ball chinois ses lettres de noblesse. Un bon résul­tat, faute d’ une victoire, en janvier 2011 lors de la coupe d’Asie des nations serait une excel­lente promo­tion en vue d’une candi­da­ture à la coupe du Monde, ce pays ayant déjà fait ses preuves en matière d’organisation lors des J.O de 2008.

Albié Alain
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois.
Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes.
La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.