Le lyciet : un grand clas­si­que de la cuisi­ne

Malgré ce que laisse supposer le titre, cette affaire ne se passe pas en France, mais bel et bien en Chine. Il ne s'agit donc pas d'inverser les responsabilités comme a tendance à le faire l'actuelle ministre de la Justice, mais d'appliquer la loi et de faire respecter la dignité humaine. Survenue en décembre 2011, ce n'est qu'il y a que quelques jours que les magistrats du tribunal de Beihai dans le Guangxi ont rendu leur verdict dans le volet civil de ce dossier qui à l'époque a fait un certain bruit. L'élément majeur de la décision du tribunal est en lui-même une nette évolution en reconnaissant le préjudice moral subie par une victime, chose encore rare dans un pays où les indemnisations se limitent souvent au remboursement des frais engagés, que ceux-ci soient médicaux ou liés au procès.

lycietPlus connu sous le nom de baie de Goji, le lyciet est omni­pré­sent dans la cuisi­ne chinoi­se. Comme de nombreux autres ingré­dients, ce fruit est répu­té pour lutter contre certai­nes affec­tions. Les reins, le foie et les poumons font partie des orga­nes concer­nés.

En Chine, la plus impor­tan­te sour­ce de produc­tion est le Ningxia, minus­cu­le région auto­no­me déjà répu­tée pour la quali­té de ses vins. Ajou­té aux soupes et à des plats à base de porc il ne faut toute­fois ne pas dépas­ser quel­ques gram­mes, le lyciet restant en prio­ri­té un élément majeur de la méde­ci­ne tradi­tion­nel­le. Le meilleur des lyciets est celui de peti­te taille qui est séché natu­rel­le­ment. La deman­de gran­dis­san­te a pour effet que de nombreu­ses régions chinoi­ses se sont mises à en produi­re. De fait les quali­tés sont très varia­bles avec un mode de sécha­ge et de conser­va­tion parfois contes­ta­ble qui s’ajoute à une cultu­re s’éloignant des « bonnes règles de condui­te ».