La Chine vue de Chine

.

La Chine va aider l’Europe ou comment marcher sur la tête


comment les chinois on aiderLa Chine va donc encore aider l’Europe en finançant une partie de ce tonneau des Danaïdes qu’est cette entité bien trop rapidement élargie. Sans doute faut-il trouver cette aide logique du fait que la communauté est le premier client de la Chine. En soutenant ainsi la zone euro, la Chine pourra de plus peser davantage sur la décision visant à reconnaître son système d’économie de marché. Un donnant-donnant, tel est ainsi le sens de cette aide qui est appelée à devenir très superficiellement un gagnant-gagnant.

Une fois  gratté en effet cette couche visant à donner un peu de lustre à cette Europe flétrie, il n’est pas difficile d’y trouver un bon nombre de problèmes structurels qui auraient bien plus mérité que le véhicule CE parte définitivement à la casse au lieu d’être rafistolé de la sorte. Mais reconstruire un tel engin sur fond de grogne sociale et d’élections présidentielles aurait nui au ronronnement de circonstance. En demandant aux pays émergents de l’aider à se sortir de cette énième mauvaise passe, elle scelle pourtant sa fin puisque ne s’appartenant plus. Telle la France qui était appelée à devenir le jardin public de l’Europe, celle-ci va devenir le terrain de jeu économique tant américain que chinois.

Suivez le guide

Les dirigeants américains ont en effet déjà montré depuis quelques mois le chemin qu’ils entendaient faire suivre à ses alliés de l’OTAN. Cette directive tout juste dissimulée derrière des arguments libérateurs tient en quelques mots : « Vous désirez lutter contre l’emprise économique des Chinois ? Barrez-leur la route vers les matières premières tout en tirant-bénéfice de la reconstruction des pays que vous aurez saccagé au nom de la démocratie. » S’il est vrai que le professeur US détient une expérience certaine dans ce domaine de l’ingérence au nom de nobles causes, l’Europe n’a elle rien à y gagner puisque ne sera qu’un larbin à qui on ne laisse que quelques miettes.

Des dirigeants Chinois en quête d’image

Côté chinois la situation n’est guère plus enviable, car si les dirigeants pensent un instant que ce soutien va faire de l’Europe une alliée, ils se trompent lourdement. L’opinion publique d’abord à qui les médias « bourrent le mou » en permanence sur les méfaits de ce système politique en matière de droits de l’homme et dans le secteur économique ne manquera pas de relever cette contradiction. En dehors des commentaires qui ne manqueront pas de fleurir dans le genre « L’Europe vendue aux Chinois » et autres amusements verbaux du même style, il est probable qu’à la première occasion la Chine sera une nouvelle fois au centre d’une polémique plus ou moins argumentée. Bien que loin d’être hors de leur portée, dire demain le contraire de ce qui est dit depuis des années risque d’être mal interprétée, surtout en pleine campagne électorale.

A qui profite la Chine qui exporte ?

Passé ces railleries plus que probables, c’est d’une partie de son peuple que les dirigeants chinois risquent de rencontrer quelques énervements. Ajoutés aux achats de bons du Trésor US, la population la plus modeste a de fortes chances d’être passablement irritée par des placements à fond perdues en Europe. Alors que la Chine compte en effet encore un tiers de pauvres, aider encore les entreprises exportatrices, et surtout leurs dirigeants en garantissant leur train de vie peut s’avérer une solution des plus crispantes. Si les migrants ne bénéficient que d’une infime partie des retombées économiques liées à l’exportation, l’immense majorité des habitants de l’intérieur du pays n’en ont aucune idée, puisque non concernés.

L’absurdité d’un système

Qu’il s’agisse de la Chine ou de l’Europe, cette situation est totalement ubuesque  puisqu’avant peu nous aurons droit à un chassé-croisé des plus burlesques. Un employé roulant dans une voiture chinoise pour se rendre à son entreprise détenue par un patron issu du même pays pour le côté européen, et un cadre chinois à bord de son Audi qui se rend à son bureau appartenant à une entreprise étrangère, tel est le tableau auquel nous aurons droit d’ici peu. Avouez que cela a de quoi être risible surtout lors que l’on sait que l’Europe a dans son sein quelques pays riches.

Depuis des siècles le même système

Pour conclure, je dirais que l’on assiste là aux prémices de ce que certains nomment à tort la mondialisation. Ce terme existe en effet depuis des siècles, mais par le passé s’est nommé croisades, conquêtes, colonisation,  avant de montrer au grand jour ce qu’il a en fait toujours été soit une immense entreprise commerciale au profit d’une infime minorité. Les peuples, la politique, l’économie sont depuis presque toujours à la botte de ces quelques initiés. Pour se maintenir en bon état de fonctionnement, ce système utilise un pervers mécanisme appelé progrès social qui se résume dans la réalité à un «  Prenez les miettes que l’on vous donne et taisez-vous ».



Albié Alain

Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.