La Chine vue de Chine

.

Justice : comment résoudre ce qui n’était pas un problème ?


justiceLorsqu’un problème est inexistant, il n’y a aucune raison de le résoudre puisque n’ayant aucun fondement. Il s’agit toutefois là sans doute d’un résonnement occidental ne trouvant pas sa place dans la logique chinoise. Ce qui me pousse à penser de la sorte est lié aux dernières décisions du gouvernement concernant son système judiciaire.

Jusqu’à avant-hier en effet les avocats pouvaient officiellement pleinement accomplir leur mission de défenseur, les témoignages toujours livrés de leur plein gré, ce de la même manière que les aveux des suspects. Hier sans doute, la situation s’est subitement et globalement détériorée, ce qui a imposé aux autorités de réagir face à une situation bien plus noire que précédemment.

Voici donc les points qui sont appelés à s’améliorer lors des années à venir, toujours afin de résoudre certains dérapages qui n’ont en fait jamais existé puisque jamais officiellement reconnus auparavant :

1°) Les procès en appel pour les condamnations à la peine de mort seront sans exception ouverts au public.

Ce qui sous-entend que ce n’était pas le cas auparavant.

2°) Le réexamen des condamnations à mort nécessitera que l’on entende le prévenu et que l’on écoute l’opinion de ses avocats si ces derniers en font la demande.

Même remarque que plus haut avec en supplément un doute sur le désir des avocats à se faire entendre, leur profession étant loin d’être appréciée tant par les magistrats que par les familles de victimes.

3°) Les aveux des suspects et prévenus obtenus sous la torture ou toute méthode illégale, de même que les témoignages et déclarations des témoins extorqués sous la violence, la menace ou autre forme de contrainte, seront éliminés et ne pourront être utilisés pour parvenir à un verdict.

Si la remarque faite au premier point s’applique également ici, la question sera de savoir comment un aveu ou un témoignage a été enregistré dans des conditions douteuses. J’imagine en effet assez mal un policier ajouter un coup de tampon spécifique gravé avec « Aveux obtenus sous la torture » ou « Témoignage extorqué par la violence ».

Devraient par contre être redéfinis par la Cour Suprême les contours de l’application de la peine de mort en fixant clairement les éléments permettant aux magistrats de prononcer celle-ci. Sans qu’il soit question d’abolir la peine capitale, les autorités chinoises semblent désirer donner d’elles une image moins dure, ce en particulier à destination des opinions publiques étrangères. Le plus difficile sera toutefois tant de réellement faire appliquer ces mesures, que d’expliquer les raisons de ce relatif assouplissement auprès de sa propre population.

Une majorité de Chinois sont en effet favorables tant à la peine de mort qu’à sa stricte application et n’attachent que peu d’importance à l’image véhiculée par cette sentence. Le risque de voir certaines familles de victimes se « faire justice » elles-mêmes étant loin d’être un argument politique, il va falloir aux autorités chinoises jouer avec doigté. Cela concerne tant la police pour qu’elle applique les nouvelles mesures sur les aveux et témoignages, que l’opinion publique qui par obligation se repose sur une justice sans aucune indépendance du pouvoir national ou local.



Albié Alain

Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.