Navigation Menu

Fausse monnaie, une habitude

Ami

C’est à croire que certaines personnes en charge de la rédac­tion des jour­naux ne sortent qu’une fois par an tant les titres sont déme­su­rés par rapport à la réalité.

Sous le titre : « la Chine s’attend à une avalanche de fausse monnaie » ou encore « La proli­fé­ra­tion de faux billets inquiète la Chine » se cache en fait une réalité quotidienne .

Tout d’abord, je pense que cela inquiète davan­tage les Chinois que la Chine car celle-ci est une entité géogra­phique et non un ensemble de personnes formant un peuple ; ensuite, c’est à croire qu’il s’agit d’un phéno­mène extra­or­di­naire lié à une quel­conque raison écono­mique ou politique.

En Europe, le nombre de faux billets saisis chaque année en varie entre 550 000 et 600 000, soit une valeur de 40 millions d’euros et je n’ai que rare­ment vu d’articles sur ce sujet ; il faut dire que là, c’est la Chine qui est concer­née donc c’est inté­res­sant surtout qu’il s’agit d’une « nouvelle » négative.




Des faux billets, il y en a toute l’année en Chine et cela depuis des années ; tout le monde le sait et tout le monde s’en méfie. Depuis belle lurette le moindre petit commer­çant a son détec­teur ultra-violet et tourne la tête de Mao dans tous les sens pour s’assurer de la vali­dité de la valeur. Au moindre doute et même dans le cas d’un billet valable, il vous le refuse.
Il est vrai que le nouvel an est l’occasion pour les faus­saires d’évacuer une partie de ces fausses coupures mais égale­ment pour certaines personnes qui en ont malheu­reu­se­ment hérité.

Aussi il est courant de voir un enfant se faire refu­ser un achat par un commer­çant pour la raison que le billet offert par un loin­tain parent ou ami est faux ; mélangé aux autres cadeaux en espèce, il sera en effet bien diffi­cile de savoir avec certi­tude sa provenance.

Cette année, deux séries de faux billets ont été repé­rés et dont les séries commencent par HB et HD, à refu­ser donc.

Là où il faut être méfiant toute l’année et non pas une semaine par an, c’est avec les chauf­feurs de taxi car ceux-ci sont très doués pour se débar­ras­ser des encom­brantes coupures :

Vous donnez un billet de 100 RMB au chauf­feur et celui-ci vous annonce qu’il est faux ; il vous le rend et bien entendu, vous lui en donnez un autre.

Et bien il y a de fortes chances que le billet qu’il va vous rendre ne soit pas le même que celui que vous lui aviez tendu car par un adroit jeu de main, il substi­tue votre billet à celui qu’il vous redonne.

Une parade est de faire un pliage du billet que vous serez capable de recon­naître et vous pour­rez ainsi contes­ter les dires du chauf­feur ; en prin­cipe, celui-ci n’insiste d’ailleurs pas.

Autre situa­tion où l faut être méfiant, les trans­ports ferro­viaires ou routiers car en cette période d’affluence, les queues aux guichets sont affo­lantes et un certain nombre de personnes peuvent vous propo­ser des billets à bas prix et dont la déli­vrance est immé­diate. Souvent sous le couvert d’un empê­che­ment de dernière minute, la personne va vous expli­quer qu’il vous cède le sésame à moitié prix.
Bien entendu, le ticket est faux et il vous sera refusé ; vous aurez perdu votre argent mais surement aussi une place dans votre bus ou votre train.

La prove­nance de cette fausse monnaie est diffi­cile à donner ; quand j’étais à Taiwan, qui est égale­ment envahi par les fausses coupures, les Taïwa­nais me disaient que ces faux billets venaient de Chine mais, depuis en Chine on me dit que les faux RMB’s viennent de Taiwan, alors …

Il y a peu, un ouvrier du Shanxi qui travaillait sur l’île du Hainan est rentré chez lui pour le nouvel an ; son patron lui a remis 800 RMB et lui a payé le bateau pour rejoindre le conti­nent. Quand il a voulu ache­ter son billet de train, il s’est avéré que les huit billets étaient faux (série HB) ; le pauvre malheu­reux se retrou­vait donc sans argent pour rentrer chez lui. La police a tenté en vain de joindre son patron (et pour cause) et c’est la compa­gnie de train qui lui a offert son billet et lui a remis 500 RMB afin qu’il passe quand même de bonnes fêtes.

Sur Hong Kong, ce sont depuis long­temps des séries entières qui sont refu­sées par les commer­çants tant la quan­tité de faux est impor­tante ; il n’ya donc rien d’exceptionnel ou de spéci­fique à la Chine, même si cela demande la plus grande attention.

Donc méfiance….


Albié Alain
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois.
Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes.
La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.