Le monde vu de Chine

.

Envoyés permanents en Chine : La France a besoin de vous


ÉconomieCertains parmi vous trouvent peut-être que j’ai souvent tendance à taper sur les médias, aussi je vais pour une fois leur rendre un service. La presse qu’elle soit écrite ou numérique connait en effet pas mal de difficultés comme l’a démontré le rachat de Rue 89 par le Nouvel Obs, la Rue ayant fini de devenir un média subventionné par le contribuable pour devenir plus indépendant en se plaçant sous l’aile totalement désintéressée du groupe Perdriel. Pour les autres, les temps sont durs et il est indispensable de réaliser des économies. La mode des médias participatifs a il est vrai permis d’alléger considérablement la masse salariale des journalistes. Il suffit en effet de nos jours d’un stagiaire non rémunéré chargé de copier la dernière dépêche Reuters ou AFP pour déclencher automatiquement les lignes manquantes, qui s’écoulent seules sous la forme de commentaires totalement gratuits pour le média. Une économie supplémentaire peut être ensuite aisément faite sur les pigistes ou envoyés permanents en Chine, et sans doute ailleurs. Comment économiser sur les notes de frais ? La réponse est simple et tient en ces quelques mots : « balayer devant sa porte », ce qui sera de plus bien plus captivant pour le lecteur qu’un responsable local du Guangdong se baladant en Audi avec sa copine.

Concubines, maîtresses, relations extraconjugales, ces termes sont en effet souvent employés par les journaleux trouvant en la Chine le dérivatif pouvant les guérir de leur ennui loin de leur hiérarchie. À les lire, cette situation est spécifique au parti unique et se doit donc d’être relatée, ce qui a priori semble normal. Le seul souci est que pendant qu’ils se passionnent pour ces inconnus aux noms imprononçables, le maire du coin se livre à une séance de tripotage qui intéresserait bien plus les lecteurs français. Ne pouvant m’imaginer que ne pas regarder ce qui se passe à 200 mètres de son bureau, mais donner tous les détails d’une liaison chinoise peut être une forme de diversion, je me dis qu’ils ne le savaient simplement pas. À leur décharge, ce manque d’informations est logique puisque les meilleurs des journalistes ce sont eux et sont envoyés en Chine.

Heureusement, il reste toutefois une quantité infinitésimale de médias qui s’occupent de choses certes banales, mais bien plus proches du quotidien des Français. Je vous parlais donc de tripotage en série, ces révélations étant l’œuvre de Causette.fr qui est allée dénicher des histoires bien localisées dont les principaux acteurs sont certains élus plus démocratiques que la moyenne. Causette rapporte tout ça dans son numéro à paraître en avril, et se révèle d’ores et déjà assez passionnant, sauf bien entendu pour les intéressés.

Libération fournit un avant-gout de ce que sera le reste avec par exemple :

«Un autre dossier exhumé par Causette concerne la ville de Maubeuge (Nord), où «l’horreur aurait duré cinq ans», entre 2006 et 2011, pour une collaboratrice du maire socialiste Rémi Pauvros. Viols, agressions et harcèlement auraient été au menu de son calvaire. Selon le témoignage recueilli par l’AFVT et que Causette a consulté, quatre membres du Parti socialiste, parmi lesquels des élus, un directeur de cabinet et un salarié de la fédération du Nord seraient les auteurs des agressions.«Au bout d’elle-même, la jeune collaboratrice va trouver dans la tentative de suicide sa seule échappatoire», assurent les journalistes de Causette«À sa sortie de l’hôpital, poursuivent-elles, elle écrit un courrier à Rémi Pauvros» en espérant qu’il prendra des sanctions comme la loi l’y autorise. Sans succès.

Comme expliqué plus haut, il est donc largement temps de rapatrier les envoyés permanents, spéciaux, et pigistes pour les mettre en selle afin qu’ils arpentent les 36568 communes qui, si elles n’ont pas toutes la population de Shanghai, devraient révéler des affaires aussi salasses. Au pire, rien ne les empêchera de les agrémenter de quelques mensonges appris dans « Le pire du milieu » qui est là leur domaine de prédilection.

[amazon_carousel widget_type="SearchAndAdd" width="540" height="200" title="" market_place="FR" shuffle_products="False" show_border="False" keywords="agressions sexuelles" browse_node="" search_index="DVD" /]

 

 

 

Publié par le .



Albié Alain

Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.