Dong­guan sur Sexe : un impact désas­treux sur l’économie loca­le

dongguan5L’opération de poli­ce menée lundi à Dong­guan conti­nue de faire des vagues. Si certains inter­nau­tes se moquent de ce qu’ils décri­vent comme une action de commu­ni­ca­tion menée par le gouver­ne­ment central, à Dong­guan on craint les retom­bées néga­ti­ves asso­ciées la ferme­tu­re de nombreux établis­se­ments.

Hôtels, saunas, salons de massa­ge et KTV’s risquent en effet de se voir obli­gés de rédui­re leurs effec­tifs du fait d’une clien­tè­le moins nombreu­se. Depuis l’arrivée de Xi Jinping à la tête du pays, le nombre de restau­rants dédiés aux cadres locaux et les maga­sins de produits de luxe ont vu leurs ventes s’écrouler quand ils n’ont pas été obli­gés de fermer. Dong­guan vivait pour une partie non négli­gea­ble de la pros­ti­tu­tion, que ce soit direc­te­ment ou non. Sans aller jusqu’à défen­dre les réseaux mafieux orga­ni­sant cette acti­vi­té très lucra­ti­ve, nombreux sont les habi­tants de Dong­guan a s’inquiéter de cette « perte de renom­mée ».

La ferme­tu­re de l’usine Nokia, le secteur de la chaus­su­re marqué par une bais­se d’activité sont déjà la cause d’une forte haus­se du chôma­ge. Ce coup de pied dans une four­mi­liè­re connue depuis long­temps donne l’impression à certains habi­tants que leur ville paye pour l’exemple et atten­dent donc une réel­le compen­sa­tion de la part des auto­ri­tés.